RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/05/2018

Chaque année, ils plongent pour nettoyer le lac Léman




Le quotidien La Croix publie un reportage en Suisse qui raconte comment chaque année une association fait appel à des volontaires pour plonger chercher les déchets qui polluent le lac Léman. Une initiative qui attire l’attention et cherche surtout à faire changer les comportements des pollueurs.


ILD
ILD
Difficile de nettoyer une surface d’eau aussi grande que le lac Léman avec ses seules mains. L’association pour sa sauvegarde continue malgré tout à faire appel à des volontaires pour nettoyer tant les bords que les fonds aquatiques. « Gilets jaunes, seaux, gants de toutes tailles : quai Gustave-Ador, tout est prêt pour le grand raout annuel organisé par l’Association pour la sauvegarde du lac Léman (ASL). Pinces en main, les participants s’éloignent par petits groupes le long de la jetée qui mène au fameux jet d’eau, encore éteint à cette heure matinale. Sous l’œil indifférent des cygnes, les plongeurs remontent les premières canettes. La veille, à Nyon, l’un d’eux a pêché un obus » raconte le quotidien La Croix.
Le journal français publie un reportage intéressant sur cette initiative locale qui mêle prévention et nettoyage, comme s’il ne s’agissait que d’une seule et même tâche. En nettoyant depuis les années 1980, l’association a en effet permis de très largement changer les mentalités et pas uniquement de ceux qui participent à cette campagne annuelle. « Samedi 26 et dimanche 27 mai, sur 13 sites au bord du lac, la 9e édition de Net’Léman a attiré les volontaires comme eux. Avec plus de mille bénévoles, dont 300 plongeurs, près de dix tonnes de déchets devaient être ramassés, comptabilisés, triés avec l’aide des services de voirie et autres partenaires recycleurs » raconte l’article. L’évolution est palpable, estime les plus anciens participants. Alors que des caddies, vélos ou réfrigérateurs étaient repêchés « Aujourd’hui, ce sont plutôt des objets à usage unique utilisés pour les pique-niques. Notre but, c’est de changer les comportements et de ne plus avoir à faire ces nettoyages », explique une responsable de l’association.
Lire en intégralité le reportage sur le site du quotidien La Croix





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche