RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/09/2015

Traitement des déchets : un projet de méthanisation dans les Hautes-Pyrénées




Le Conseil Départemental des Hautes-Pyrénées fait le point sur l’expertise sur le projet de construction d'une Unité de Traitement et de Valorisation des déchets par méthanisaion à Bordères-sur-l'Echez.


Source : Pixabay, image libre de droits.
Source : Pixabay, image libre de droits.
Un projet de construction d'une Unité de Traitement et de Valorisation des déchets par méthanisaion a été entrepris à Bordères-sur-l'Echez.
 
Un communiqué du Conseil Départemental des Hautes-Pyrénées fait le point sur ce projet.

La méthanisation en question

La méthanisation en question
 
Le communiqué rappelle le principe et les enjeux de la méthanisation, pratique souvent controversée dans le traitement des déchets : « Le principe de la méthanisation c'est d'enfermer les ordures ménagères résiduelles dans une cuve étanche et chauffée pour assurer leur décomposition. Au bout de quelques jours, on obtient du gaz et un résidu. Le gaz produit est appelé biogaz. Le résidu produit est appelé digestat. Le biogaz est injecté dans le réseau gaz de ville après avoir été épuré. Le digestat peut servir de fertilisant pour les sols après une phase de traitement et compostage. »
 
La méthanisation permet ainsi de « conditionner les résidus riches en énergie pour les valoriser sur des sites adaptés existants. »  C’est pourquoi le procédé de méthanisation présente des intérêts « puisqu'il permet de créer à la fois de l'énergie et du compost. Il favorise en outre la réduction de l'utilisation des engrais chimiques et l'émission de gaz à effet de serre. »
 
Toutefois, il existe des controverses autour de la pratique de la méthanisation et autour d'installations ou de projets d'installation d'usine car il s’agit d’ « un procédé complexe qui nécessite une grande vigilance pour maîtriser les risques et les nuisances. »
 
Les résultats de l'étude pour le projet d’usines de méthanisation à Bordères-sur-l'Echez souligne des points positifs : tout d’abord, « l'existence d'un groupement unique, expérimenté, qui assurera à la fois la construction et l'exploitation. C'est l'assurance d'une diligence raisonnable du partenaire privé pour garantir une conception et une construction de qualité. Ce choix prend en compte les retours d'expérience d'autres usines construites sur le territoire national. » Ensuite, « de nombreux aménagements sont prévus pour maîtriser les risques de nuisances olfactives. » De quoi séduire la municipalité qui pourrait accélérer la procédure.
 
 
 
 
 
 
 
 
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche