RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/02/2015

RSE, l’étude de Vigeo montre de nettes améliorations




L’agence de notation des engagements en Responsabilité sociale des entreprises, Vigeo, vient de publier sa deuxième analyse sur les pratiques internationales de reporting RSE. Entre 2008 et 2014, le concept semble bien avoir pris une nouvelle dimension.


RSE, l’étude de Vigeo montre de nettes améliorations
Par communiqué Vigeo présente sa deuxième analyse des pratiques internationales de reporting RSE entre 2008 et 2014. Intitulée « des tabous et des sujets-phares : de quoi les entreprises rendent-elles compte ? » cette revue s’est penchée sur plus de 1 300 entreprises cotées en bourse.
 
De manière globale, « elle relève un mouvement spectaculaire d'universalisation de la publication d'engagements et d'informations de la part des entreprises cotées au sujet de leur responsabilité sociale et environnementale. »
 
Les publications des engagements RSE deviennent automatiques pour nombre de grands groupes. Pour Vigeo, « « les dirigeants des grandes firmes ont compris le besoin pour eux de s'adresser à une opinion qui devient transnationale, et qu'une époque a commencé où les marchés et la société au sens large vont leur demander une information allant au-delà de la diffusion d'états financiers réglementaires assortis de commentaires plus ou moins précis. »

« Composante sérieuse de leur performance »

« Les effondrements de titres réputés sûrs au moment de la crise ont légitimé et accru les demandes portées, selon les cas, par les investisseurs, les régulateurs, les Etats ou les associations de la société civile à l'égard des entreprises pour qu'elles améliorent la lisibilité de leur gouvernance et qu'elles fournissent des assurances sur leur prise en compte des dimensions environnementales, sociales, sociétales et éthiques de leurs activités » commente le texte.
 
Par ailleurs, si les sujets de gouvernance ou d’impact environnemental sont de plus en plus soulignés dans les rapports, l’analyse montre que « l'information sur les droits de l'homme, le dialogue social et l'intégration des standards sociaux et environnementaux dans les achats internationaux et dans la chaîne des approvisionnements internes des entreprises demeure le maillon faible du reporting sur la responsabilité sociale. »
 
En conclusion, Fouad Benseddik, un responsable de Vigeo explique que « le reporting des entreprises au sujet de leur responsabilité sociale est une composante sérieuse de leur performance. Celles qui respectent le mieux le droit de leurs parties prenantes à l’information sont celles qui rendent le mieux compte de leur capacité à créer durablement de la valeur. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche