RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
11/10/2009

Nouvelles exigences sociétales en entreprise : comment s’y adapter ?

RSE Magazine



C’est au début des années 90 que le concept de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) voit le jour. Au-delà d’un simple engagement à prendre en compte l’impact économique, social et environnemental de ses activités, le chef d’entreprise doit désormais mesurer précisément sa performance par rapport à un ensemble d’objectifs de développement durable. Et cette obligation sous-tend de nouvelles formes de dialogue social qui vont influer sur la définition de la stratégie et sur la prise de décision. Ces nouvelles exigences sociétales sont-elles aujourd’hui bien ancrées dans nos entreprises françaises ? Peut-on avancer des pratiques exemplaires résistant à la crise actuelle ?


Nouvelles exigences sociétales en entreprise : comment s’y adapter ?
Délaisser les exigences sociétales face à la crise ne ferait qu’affaiblir davantage les entreprises. A première vue, les entreprises doivent agir sur deux fronts : les défis liés au développement durable d’un côté et la crise financière, économique et sociale de l’autre. Mais à y regarder de plus près, les enjeux sont liés : les crises économique et écologique incitent fortement les entreprises à modifier leur stratégie, tant sur le plan énergétique, que sur celui des choix des modes de production ou encore sur leur dialogue avec les parties prenantes. Ainsi, à la recherche d’une nouvelle compétitivité durable, elles tendent à intégrer naturellement les nouvelles exigences sociétales. D’une manière plus globale, le monde économique est aujourd’hui à la recherche d’un nouveau mode de développement durable et les entreprises ont un rôle sociétal très important à jouer car elles occupent une place prépondérante dans nos sociétés contemporaines.

Danone : des initiatives et des pratiques bien établies

Un des plus beaux exemples est sans doute Danone. Franck Riboud, son dirigeant, a identifié la crise, dès la fin 2008, comme levier de croissance et facteur déclenchant de transformations dans l’entreprise. Le groupe a ainsi identifié 5 sujets sur lesquels son impact environnemental est le plus significatif : le risque climatique, l’emballage, la protection de l’eau, l’agriculture et la biodiversité. Il se donne alors comme objectif de transformer l’entreprise avec le CO2 comme indicateur de cette évolution. Pour ce faire, l’entreprise a mis en place « Danprint », véritable outil de mesure de son empreinte carbone, avec comme objectif de consolider le CO2 comme on consolide le chiffre d’affaires de l’entreprise, de façon intégrée et sur toutes les références produits. Danprint est aujourd’hui certifié, et, pour accompagner la mise en place et le déploiement de l’outil au niveau international, Danone a modifié sa gouvernance. Aujourd’hui, le comité exécutif de Danone compte deux « sponsors nature » chargés de reporter au comité l’état des réalisations « développement durable ». Par ailleurs il existe une Direction Générale Nature reportant directement au comité exécutif. On décompte aussi 110 « Carbon masters », véritables animateurs promoteurs des initiatives de développement durables sur le terrain, dans chacune des filiales du groupe. Pour Franck Riboud, le modèle d’entreprise Danone repose sur un principe simple : la performance économique et l’attention portée à la planète et à ses habitants.

TNT Express France : l’environnement et le social en tête

Tout aussi remarquable, dans le secteur du transport express, est l’action menée par la société TNT Express France, et notamment depuis l’arrivée de son président Eric Jacquemet en 2004. Tout comme Danone, TNT Express France, société lyonnaise leader français du service aux entreprises pour le transport express, est très impliqué dans la réduction des émissions de CO2. Eric Jacquemet est un des membres fondateurs de Lyon Carex et participe ainsi activement depuis le début au projet du report modal route/air vers le fer et particulièrement vers le fret à grande vitesse. L’entreprise fait également partie de Roissy Carex, Liège Carex et Gec Carex (groupement des chargeurs). Le projet Carex s’intègre dans les nombreux projets «développement durable» de TNT et sera un levier majeur pour réduire ses émissions de CO2. Le cas de cette entreprise est particulièrement intéressant car il illustre bien cette tendance des dirigeants « éthiques » à passer du mode « gouverner l’environnement » à « se gouverner ». Pour rester dans le même domaine, Eric Jacquemet a souhaité renouveler en 2010, pour la troisième année, son engagement dans « La semaine du développement durable ». En plus de fournir un effort sur la réduction des émissions de CO2 au sein de l’entreprise, Eric Jacquemet souhaite mobiliser ses collaborateurs à leur propre bilan carbone. Pendant une semaine, l’entreprise a multiplié les initiatives auprès de ses collaborateurs pour les sensibiliser aux enjeux climatiques, à la gestion des déchets et aux transports propres. Rappelons que cette même entreprise avait été élue, déjà en 2009, meilleure entreprise, tous secteurs d'activité confondus, au prestigieux Dow Jones Sustainability Index. Avec un score global de 95/100, TNT avait progressé de 3 points par rapport à sa note de 2008.

Une bonne gestion environnementale va souvent de pair avec la gestion sociale. Tout comme chez Danone, Eric Jacquemet porte autant d’attention à la planète qu’à ses habitants, et plus encore à ses collaborateurs et clients. Sur le plan social, TNT Express France n’est pas en reste. Ses efforts lui ont permis de devenir la plus grande entreprise française à être certifiée “Investor In People ”, norme internationale décernée aux entreprises intégrant dans leur système de management, la formation et le développement professionnel de chaque collaborateur. Concrètement, par des actions de sensibilisation et de recrutement, l’entreprise a mis en place une politique de diversité et d'intégration à laquelle est venue s’ajouter une démarche intégrée de protection des hommes et des biens que l’entreprise transporte. Autant de démarches qui font de cette entreprise humaine un exemple d’adaptation aux nouvelles exigences sociétales.

Les PME aussi !

Oeuvrant à côté des grandes entreprises, les PME ne sont pas en reste sur le volet social. Sur le volet du handicap par exemple, les études font souvent ressortir le faible taux d’emploi de personnes handicapées dans ces entreprises. Or, de nombreuses initiatives existent et montrent l’exemple. A l’image de la société Achard & Associés, PME du BTP installée dans l’Aube et qui compte 100 salariés. Dans celle-ci, plus d’un salarié sur cinq est reconnu handicapé, y compris son dirigeant qui relève lui aussi de ce statut.

On le voit, la RSE impose aujourd’hui aux dirigeants d’entreprises l’élaboration d’un « triple bilan » de leurs performances économiques, sociales et environnementales. En conséquence, elles communiquent de plus en plus sur ces sujets pour permettre à toutes leurs parties prenantes de prendre la mesure de leur engagement. Ainsi, les exemples d’initiatives ou de pratiques déjà bien établies fourmillent mais les entreprises déployant des performances sur tous les aspects du concept de RSE, à l’image de Danone ou de TNT Express France, sont déjà moins courantes et, de ce fait, particulièrement exemplaires.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche