RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
18/11/2013

Avis de l’ADEME sur le « Petit Eolien »

Jean Camier



Même si « les enjeux énergétiques globaux restent limités », l’ADEME a publié un avis sur le développement du marché du « Petit Eolien ». L’agence nationale estime que son développement peut permettre l’autoconsommation dans les milieux ruraux.


L’ADEME, publie son avis sur les machines de puissance nominale inférieure à 250kW. Parmi celles-ci, le « Micro Eolien », de puissance inférieure à 1kW, le « Petit Eolien » entre 1kW et 36kW et le « Moyen Eolien » entre 36kW et 250 kW.
 
L’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie s’est penchée sur ces outils de production d’énergie tout en reconnaissant que « les enjeux énergétiques globaux restent limités. »  En effet, par rapport aux 7 700 MW de puissance totale d’origine éolienne raccordée au réseau français, ces moyens de productions ne représentent pas une part conséquente du secteur.

Autoconsommation dans les milieux ruraux

Environ 2 500 petites éoliennes ont été installées en 2012, principalement en milieu rural. « Dans les conditions techniques et économiques actuelles, le Petit Eolien ne se justifie généralement pas en milieu urbain. Outre le fait que les éoliennes accrochées au pignon d'une habitation peuvent mettre en danger la stabilité du bâtiment, le vent est, en milieu urbain et péri-urbain, en général trop faible ou trop turbulent pour une exploitation rentable » explique l’agence publique.
 
C’est donc surtout dans les milieux ruraux que le marché peut avoir un intérêt. D’abord pour les zones non connectées au réseau mais aussi, et plus généralement, pour aller vers l’autoconsommation. Les exploitations agricoles en particulier pourraient bénéficier du développement du « Petit éolien » étant donné les « meilleures performances techniques et économiques que celles destinées au marché des particuliers. » Côté fabricants, plusieurs entreprises françaises proposent ce type de produits mais font face à une importante concurrence étrangère.
 
Pour l’ADEME, l’encouragement du développement de la filière doit être accompagné de règlementations plus précises.  « Il est notamment nécessaire de bien connaître la ressource (estimation quantitative du vent et des turbulences), ainsi que la fiabilité et les caractéristiques techniques des machines et les conditions dans lesquelles la production pourra être utilisée (utilisation ou non de batteries, consommation flexible, etc....)»  explique l’agence avant d’ajouter que « Pour entreprendre un projet de petit éolien avec une démarche qualité, il est indispensable de se rapprocher de professionnels reconnus, par exemple via l'Association Française des Professionnels du Petit Eolien. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche