RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
20/11/2018

Les trois scénarios du gouvernement pour atteindre 50% de nucléaire

Sébastien Arnaud



L’Agence France presse (AFP) a publié les grandes lignes d’un document préparatoire du gouvernement sur la future loi de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Trois scénarios sont envisagés avec dans l’éventail des possibles la fermeture de zéro à six réacteurs d’ici 2028.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le gouvernement n’a pas voulu commenter la publication des grandes lignes du document préparatoire. L’exécutif a tout de même confirmé qu’il s’agissait bien d’un outil de travail en prévision du dévoilement de la future PPE la semaine prochaine. L’Agence France presse (AFP) qui a mis la main sur le document rapporte que trois scénarios sont envisagés. Un éventail assez large qui prévoit entre zéro et six fermetures de réacteurs nucléaires d’ici 2028. Seule constante, l’objectif 40% de renouvelable est maintenu mais à trois échéances 2030, 2032 ou 2034.
 
Dans le document que s’est procuré l’AFP, le scénario est siglé « MTES », comme le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, occupé par Nicolas Hulot et, depuis septembre, par François de Rugy. Il atteint les 50 % d’électricité nucléaire en 2035, avec 40 % d’électricité renouvelable dès 2030 (contre 71,6 % et 17,6 % respectivement en 2017). Aucun autre réacteur que les deux de Fessenheim ne serait fermé d’ici la fin du quinquennat. Mais, comme le demandent les anti-nucléaires, des fermetures de réacteurs sont bien prévues dans le cadre de la PPE, qui s’arrête en 2028 : deux en 2023, deux en 2025, et deux en 2027, soit six au total » prévoit le scenario le plus ambitieux, rapporté par 20 Minutes . Cette première option se positionne pour la fermeture de six nouvelles centrales entre 2028 et 2035.
 
Le deuxième scénario, qualifié d’intermédiaire, prend en compte la requête d’EDF qui demande à ce qu’aucun réacteur ne soit fermé d’ici 2028. Passé cette année et jusqu’à 2035, il prévoit douze fermetures. « Quant au rythme des nouvelles énergies renouvelables, il reste soutenu, mais le gros de l’effort est renvoyé en fin de période : 4,7 gigawatts par an d’ici 2028, puis 6,5 GW par an entre 2028 et 2035. Du coup l’objectif de 40 % d’électricité renouvelable est atteint un peu plus tard, en 2032 » précise 20 Minutes.
 
La dernière option est la plus favorable à la filière nucléaire et aurait les faveurs du ministère de l’Economie. Aucune fermeture de réacteurs à l’horizon 2028 et neuf entre 2028 et 2035 et prévoit par ailleurs la construction de quatre réacteurs en plus de ceux de Flamanville. « Conséquence : l’objectif de 50 % de nucléaire de 2025, repris dans son programme par Emmanuel Macron puis repoussé à 2030-2035 peu après son élection, attendrait 2040 » explique le quotidien gratuit. Le suspense sera de courte durée avec l’annonce officielle du scénario privilégié la semaine prochaine.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche