RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/05/2015

​L’Assemblée nationale prend des mesures contre le gaspillage alimentaire




Jeudi 21 mai au soir, les députés français ont voté à l’unanimité des mesures contre le gaspillage alimentaire. Inclus dans le projet de loi de la transition énergétique, les amendements liés au gaspillage visent à empêcher les grandes surfaces de jeter de la nourriture.


Flickr Creative Commons
Flickr Creative Commons
C’était un des grands manques du texte de la transition énergétique, supposé contenir l’ensemble des problématiques liés à l’environnement. Plus qu’un problème environnemental, le gaspillage alimentaire des grandes surfaces cause un certain nombre de malaises qu’il fallait prendre à bras le corps.
 
Ce pourrait être chose faite depuis jeudi 21 mai. A cette date, les députés français ont en effet voté des amendements qui empêchent les supermarchés de jeter de a nourriture. L’ancien ministre délégué à l’Agroalimentaire Gillaume Garot est à l’origine de ces amendements. Interrogé par l’AFP il explique que « voir de l'eau de Javel déversée sur les poubelles des grandes surfaces avec des aliments consommables, ça scandalise. »
 

S’efforcer à lutter contre le gaspillage

« Ils devront s'efforcer de prévenir tout gaspillage, ou à défaut d'utiliser leurs invendus, au travers de dons, ou pour l'alimentation animale ou encore à des fins de compost pour l'agriculture, valorisation énergétique » explique la dépêche de l’Agence France presse.
Par ailleurs, et c’est une grande première, les magasins de plus de 400 mètres carrés seront obligés de s’associer à une association pour faciliter les dons et éviter le gaspillage. « En outre, les produits sous marque de distributeur qui seraient retournés au fournisseur seront autorisés au don alors qu'ils sont détruits actuellement » précise l’agence.

Enfin, tout un travail de sensibilisation devrait être intégré à différents moments du parcours scolaire.

Grandes surfaces encouragées à faire de la RSE

Pour inciter les entreprises à jouer le jeu, le législateur a prévu que les grandes surfaces engagent des campagnes de communication autour de ces nouvelles pratiques. « Les entreprises pourront se prévaloir de leurs actions en la matière dans le cadre de leur responsabilité sociale et environnementale » explique l’AFP.
 
A mi-chemin entre coercition et engagement volontaire, le juste milieu trouvé pour ce domaine de la RSE qu’est la lutte contre le gaspillage est un cas d’école. L’on pourrait se mettre à rêver et espérer que l’appareil législatif français commence enfin à comprendre que la responsabilité sociale est plus subtile que la menace.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche