RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/09/2014

Fertilisation, les déchets organiques et verts pourraient être la solution




L’épuisement des terres est enjeu auquel de nombreux pays doivent faire face. Conscients de ce problème des chercheurs du Cirad mettent en avant les techniques vertes qui en plus d’être plus respectueuses de l’environnement pourraient permettre aux agriculteurs d’être moins dépendants de la volatilité des prix des engrais.


Fertilisation, les déchets organiques et verts pourraient être la solution
« Face à l'épuisement global des ressources en phosphore, les déchets organiques d'origine animale, urbaine ou agro-industrielle constituent de véritables mines du futur pour la fertilisation des cultures. A la Réunion, le Cirad vient de lancer une étude comparative de la valeur fertilisante en phosphore de différents types de déchets organiques épandables sur les sols tropicaux » explique par communiqué le Centre agronomique de recherche pour le développement.
 
Les déchets organiques sont de toutes sortes : le fumier, les boues des centres d’épuration, des déchets verts ou de manière générale « des produits résiduaires organiques. » D’après les chercheurs du Cirad, ils doivent être mis en avant au dépend des engrais. En effet, contrairement aux produits industriels, ils ne sont pas soumis aux variations du marché et à la volatilité des prix.

Le cas de la Réunion

Dans le texte publié par l’organisme international de recherche, les auteurs mettent en avant les recherches conduites sur l’île de la Réunion. Sur ce département d’Outre mer, « la canne à sucre occupe près de 60 % des surfaces cultivées. A l'heure actuelle, sa fertilisation repose largement sur l'importation d'engrais minéraux et de synthèse. »
 
L’île est un objet d’étude représentatif dans ce domaine. Les types de déchets organiques disponibles sont nombreux : « on trouvera principalement du fumier, des fientes ou du lisier issus de l'élevage, des boues de stations d'épuration, des déchets verts et des sous-produits de la canne provenant des usines sucrières. Certains de ces déchets bruts sont également mélangés entre eux et/ou transformés par compostage ou méthanisation, offrant ainsi un large panel du point de vue de leurs propriétés fertilisantes. »
 
Grâce à cette étude comparative, le Cirad espère démontrer qu’en plus de l’impact environnemental, ces techniques vertes de fertilisation bénéficient d’un rendement positif.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche