RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/09/2018

« Ginks » : ces femmes qui ne veulent pas d’enfants pour des raisons écologistes




Le magazine « Le Point » revient sur le phénomène des « Ginks ». Ces femmes qui affirment ne pas vouloir d’enfants pour éviter d’accentuer le réchauffement climatique. Un nom moderne pour une idée qui n’a rien d’original.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Une étude américaine et un concept qui serait une tendance. C’est comme cela que Le Point présente les « Ginks ». Ces femmes qui derrière ce concept de « Green inclinations No Kids », affirment qu’elles ne veulent pas d’enfants pour ne pas empirer le réchauffement climatique. « Pour les Ginks, refuser de faire des enfants est un geste militant. Cela revient à alléger son empreinte climatique, à refuser de peser dans l'explosion démographique, à moins participer à l'épuisement des ressources naturelles de la planète… Certaines militantes vont même jusqu'à soutenir que la seule issue possible est la stérilisation définitive, pour les femmes, et la vasectomie pour leurs comparses masculins. Interrogée par TV5 Monde, Lisa Hymas, la fondatrice de Ginks, affirme que « la maternité devrait être plus réfléchie. Il s'agit d'un choix qui va au-delà d'un besoin personnel égoïste, mais qui doit aussi prendre en compte l'intérêt de tous » » rapporte le magazine.

Des termes bien pompeux pour finalement ne dire rien d’autre que les tenants du Malthusianisme. Une doctrine qui estime que c’est l’essor démographique qui doit être limité pour limiter l’impact environnemental. « Si j'avais dû faire le choix de devenir mère ou non aujourd'hui, je n'aurais pas eu d'enfants », explique au Point, l’auteur et mère de deux enfants Corinne Maier. Une logique éminemment discutable dans la mesure où une réduction drastique des naissances accentuerait immédiatement le vieillissement de la population qui est le principal enjeu démographique actuel. En attendant qu’un groupe encore plus extrémiste ne milite aussi pour la limitation des populations de personnes âgées, le principal levier reste d’encourager les naissances. D’autant qu’il serait intéressant de comparer l’impact écologique d’un couple aisé – qui voyage en avion et multiplie les loisirs – avec celui d’une famille nombreuse au quotidien plus sobre.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche