RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
16/05/2019

Erosion de la biodiversité, le « ré ensauvagement » comme solution

Sébastien Arnaud



Un documentaire diffusé sur Arte souligne les initiatives qui existent pour lutter contre l’érosion de la biodiversité. Le « rewilding » ou « ré ensauvagement » est ainsi désigné comme une solution prometteuse.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Environ un million d’espèce sont menacées d’extinction. La situation est grave pour la biodiversité. Mais loin d’être un constat face auquel il n’y a rien à faire, des initiatives existent pour freiner cette tendance ou mieux encore inverser la tendance. C’est notamment le cas du « rewilding » ou «  ré ensauvagement » qui a été notamment mis en valeur dans un documentaire diffusé par Arte le 11 mai et qui est encore visible sur le site de la chaine.  « L’Europe à la reconquête de la biodiversité ».

L’idée principale du film est de souligner les fruits intéressants que rencontrent les initiatives qui permettent à la nature de se régénérer. « Ce ré-ensauvagement, nouveau paradigme écologique qui répond à un leitmotiv : laisser faire la nature. En rupture avec les méthodes de conservations habituelles sur le Vieux Continent, l’objectif de cette méthode ne vise pas tant à protéger une espèce particulière, qu’à laisser la vie sauvage prospérer sans intervention humaine. Car les populations s’autorégulent » résume Le Figaro.

« Sur tout le Vieux Continent, des scientifiques tentent de recréer des zones entièrement sauvages - il en existe deux en France, dont ne parle malheureusement pas ce reportage. Ils y introduisent des prédateurs ainsi que des gros mammifères comme les bisons d’Europe, ou bien des races de vaches se rapprochant le plus des aurochs, ce bovin disparu dont descendent les génisses d’élevage. Un équilibre qui favorise le retour d’autres espèces. La présence de certains animaux se répercute sur l’ensemble de la chaîne alimentaire. Les animaux façonnent donc directement les paysages » ajoute le quotidien français.
 
Aussi intéressantes que soient ces initiatives, elles ont vite vocation à être des réserves naturelles qui nécessitent beaucoup d’espace et d’imposer des contraintes aux éleveurs ou populations.






1.Posté par ouragan le 17/05/2019 19:36
Une meilleure gestion des secteurs négligés (ou ensauvagé?) stimulerait la réglementation et les politiques en matière d'eau ainsi que la biodiversité et pourrait séquestrer jusqu'à 9,8 % des émissions de carbone anthropique
Selon un nouveau rapport publié (9 mars 2015) par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) et l'Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le pastoralisme - la production extensive de bétail dans les pâturages - offre d'énormes avantages à l'humanité et devrait être considéré comme un élément majeur de la transition mondiale vers une économie verte.
Les paysages qui abritent la plus forte biodiversité sont composés d'habitats semi-naturels. /…/ Les principaux types sont les prairies exploitées de façon extensive ou peu intensive, les vergers traditionnels, les zones boisées (haies, bosquets champêtres, berges boisées). /…/ En France, 84 % des surfaces classées en " haute valeur naturelle " correspondent à des zones d'élevage en plein air (Alpes, Corse, Franche-Comté, Massif central, Pyrénées…). »

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter