RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
15/06/2015

​Les ONG s’insurgent du report de la loi biodiversité




L’annonce du report en automne de la loi biodiversité a accentué le courroux des ONG environnementales. Cette annonce, ajoutée à la baisse des crédits pour le ministère de l’Ecologie, poussent les militants à se demander la place de ces sujets dans la politique du gouvernement.


​Les ONG s’insurgent du report de la loi biodiversité
La Fondation Nicolas Hulot et Humanité et biodiversité ont été parmi les premières associations à monter au créneau. L’annonce du report à l’automne du vote au Sénat du texte sur la biodiversité a été la goutte d’eau. Prévu initialement pour 2013, le nouveau report ne passe pas pour les ONG. « Je suis déçu et furieux, on rejoue le mauvais scénario du passage à l'Assemblée nationale  » a déclaré le directeur d’Humanité et biodiversité par communiqué. « Avec ce report, il y a de fortes chances que la loi ne soit pas définitivement votée avant la fin de l'année, ce qui veut dire que la France n'aura pas pris ses engagements sur la biodiversité avant la conférence climat à Paris » affirme de son côté Matthieu Orphelin de la Fondation Nicolas Hulot.

Au lendemain de la baisse de crédit

Il faut dire que l’annonce est pour le moins maladroite. Alors que la pilule de la baisse des crédits pour le ministère de l’Ecologie n’est pas encore passée, le nouveau report de la loi a accentué le mécontentement (voir notre article). « Les ONG déplorent aussi la nouvelle baisse du budget du ministère de l'Ecologie dans le cadre des efforts supplémentaires que la France s'est engagée à faire auprès de Bruxelles pour ramener son déficit public à 3 % en 2017 » rappelle La France agricole .

« La loi sur la biodiversité est le deuxième grand texte porté par le ministère de l'Ecologie, après celui sur la transition énergétique. C'est le premier sur le sujet depuis la loi sur la protection de la nature de 1976. Le texte prévoit notamment la création d'une Agence française de la biodiversité, parrainée par l'astrophysicien Hubert Reeves, pour regrouper des établissements existants et mieux coordonner l'appui technique et financier aux collectivités et aux PME dans ce domaine » continue le site spécialisé.

Les fortes attentes, à la mesure des promesses du législateur, expliquent le mécontentement des militants qui avaient salué certaines propositions du texte dont l’interdiction de certains insecticides et le renforcement de la démocratie participative pour les projets à impact environnemental.

Dans ces conditions, il y a fort à parier que l’annonce par Ségolène Royal dimanche 14 juin sur l’interdiction du désherbant Roundup ne suffira pas à calmer les esprits.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche