RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/10/2017

Assemblée nationale, les premiers pas vers la modernisation




L’Assemblée nationale avance vers une modernisation de son fonctionnement et des pratiques internes. La promesse du président de la chambre, François de Rugy, avance avec plus d’écologie, une réforme des prises de parole et la fin de certains avantages.


ILD
ILD
Pourquoi l’Assemblée nationale ne chercherait-t-elle pas, elle aussi à atteindre l’excellence que l’on réclame aux entreprises. Comme RSE Magazine l’a déjà fait remarquer, l’idée a fait son chemin et des députés ont été mis au travail. Développement durable, responsabilité sociale et transparence pourraient ainsi faire leur entrée dans une Assemblée qui a beaucoup défrayé la chronique pour des raisons moins vertueuses. D’après un article publié sur le site de la chaine BFMTV , les travaux avancent au sein des sept groupes de travail dédiés : « Ecologie, conditions de travail, organisation de l'Assemblée, contrôle de ses actions, numérique, ouverture à la société civile… Tous les thèmes y passent. La restitution des travaux des groupes au bureau de l'Assemblée se fera en décembre mais déjà, de premières pistes émergent. Avec l'idée de faire du palais Bourbon un exemple. »

Parmi les sujets qui avancent, l’article souligne les sujets écologiques et l’impact environnemental du travail parlementaire. « Pour lutter contre la déperdition énergétique, les fenêtres de toutes les pièces vont être changées pour des modèles plus isolants, et des récupérateurs de chaleur vont être installés dans les pièces » continue l’article en reprenant des informations du Parisien. Les restaurants vont servir du bio et du local et les amendements seront sur des tablettes.

Mais la réforme ne s’arrête pas là ; les questions au gouvernement pourraient être modifiées. « On pourrait envisager un droit de réplique du député, comme au Sénat (…) "Lors de la remise d'un rapport d'enquête ou d'une mission d'évaluation, ce serait utile de pouvoir interpeller en séance le gouvernement pour qu'il prenne publiquement position par rapport aux préconisations faites par les députés » explique au journal Les Echos le président de l’Assemblée nationale. Enfin, les avantages en nature des anciens présidents d’Assemblée pourraient être supprimés. Des pistes prometteuses qui doivent aussi permettre d’améliorer l’image de l’institution.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche