RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
23/11/2016

Oecko : une nouvelle start-up de l’habitat connecté

En partenariat avec Urmet

RSE Magazine



Invitée par le leader de l’interphonie Urmet, la start-up Oecko a fait son lancement lors du congrès HLM 2016, un évènement incontournable pour les acteurs de l’habitat. Elle a présenté l’écran Oecko, une plateforme interactive qui s’inscrit dans la tendance de l’habitat connecté. Nous avons rencontré Thomas Dujardin, à la tête de cette jeune pousse prometteuse. Entretien.


Vous avez lancé l’écran Oecko. Comment est née cette innovation ?

L’écran Oecko a clairement été conçu pour les bailleurs sociaux. L’idée date d’il y a environ cinq ans et part d’un constat : l’information se diffuse et circule assez mal au sein des habitats collectifs. Des enquêtes issues des différents ministères ont d’ailleurs alerté sur les besoins de plus en plus prégnants de communication des gestionnaires. Pour les bailleurs sociaux, il existe donc réellement un besoin de mieux communiquer. ll s’agit également de proposer aux gestionnaires de développer l’entraide au sein de leurs bâtiments. Le volet lien social est au cœur des défis des bailleurs actuellement. Il restait à fournir la technologie, le support en adéquation avec ce défi. Cela a demandé des efforts considérables en termes de R&D. Le produit a été développé en janvier 2016 et nous visons plus de 20% de logements publics d’ici cinq ans.

Les bailleurs sociaux sont notre cœur de cible mais la technologie est également pertinente auprès des acteurs privés, comme les promoteurs ou les syndics de copropriété qui sont également confrontés aux enjeux de communication et de vivre- ensemble. Nous avons mis au point une solution modulaire : chaque Oecko est différent et peut s’adapter.

Concrètement, comment fonctionne votre outil ?

Il s’agit d’un écran tactile connecté à la 3G qui est fixé dans le hall d’entrée de l’immeuble. Notre idée était de proposer une plateforme ludique, efficace et simple d’utilisation, dédiée à la communication. Tous les contenus sont réalisés par l’utilisateur à partir d’une interface sur internet. Notre objectif n’est pas de créer le contenu pour le gestionnaire mais de lui apporter tous les outils nécessaires, qu’ils soient bailleurs, promoteurs, gestionnaires des bâtiments. Ces derniers peuvent ainsi améliorer la communication au sein de leur bâtiment et donc leur gestion. Par exemple, il est possible d’assurer le suivi d’un prestataire, d’évaluer la qualité de la prestation…

 De son côté, le locataire peut déclarer via son smartphone un incident comme une fuite d’eau. Ce dernier a accès à une interface privée via un login pour proposer des services tels que le covoiturage, des petits travaux, du baby-sitting ou de l’aide aux devoirs… Nous croyons à l’interactivité, dynamique à laquelle l’habitat n’échappe pas.

Thomas Dujardin présente Oecko au Congrès HLM
Thomas Dujardin présente Oecko au Congrès HLM

On constate une montée en gamme des services proposés par les acteurs de l’habitat, notamment grâce à la technologie. Comment expliquez-vous cette dynamique ?

Force est de constater que les bailleurs sociaux ont encore des problèmes d’images qui leur colle à la peau et ce, alors même que les HLM proposent de nombreux projets d’habitat très innovants. Mais les clichés ont encore la vie dure. De plus, les bailleurs sociaux font face à de nombreux défis, dans la mesure où les modes de vie évoluent sans cesse. Des outils tels que l’écran Oecko permettent clairement de s’adapter aux exigences des résidents et à proposer une offre de service pointue en matière d’habitat. Je pense également qu’une telle démarche permet d’améliorer la confiance entre les résidents et les gestionnaires, qui est un point clé sur le marché.

Néanmoins, la technologie ne peut pas se substituer à la communication : s’il n’y a pas de vie sociale dans un bâtiment, il est peu probable qu’un écran connecté change la situation du tout au tout. Il n’y a donc pas « de miracle technologique », mais un investissement du côté des différentes parties prenantes. Nous sommes des facilitateurs, nous aidons les acteurs dans leurs démarches : à eux de s’investir dans cette dynamique. De notre côté, nous sommes investis afin de leur simplifier la tâche au maximum.

Des projets à nous faire partager ?

Le premier site équipé des services OECKO sera livré fin d’année 2016 sur le site d’Humanicité, une cité test regroupant de nombreux acteurs de la santé et des résidences multi-culturelles et générationnelles. C’est le bailleur social Logis Métropole qui nous as fait confiance pour améliorer sa communication et sa relation client.

L’écran Oecko a été créé pour les bailleurs sociaux mais à terme nous souhaitons en faire un outil de diffusion de contenus en général. Un des objectifs est de pouvoir connecter des fonctions domotiques ou des informations liées la performance énergétique, à l’offre de transports ou sur les commerçants du quartier. Il y a beaucoup à faire au niveau des locataires et développer le lien social est un premier pas. Maintenant que l’on est « rentrés » dans le hall de l’immeuble avec un écran connecté, à nous de proposer des services innovants pour les différents acteurs de l’habitat !

Le congrès HLM est notre première apparition publique mais nous avons déjà eu des rendez-vous avec des bailleurs. Nous avons également des pistes vers les clubs de vacances, ou les parkings, les réseaux de transports en commun, bref tous les métiers de services où l’information a besoin de circuler. C’est très prometteur !

Oecko : une nouvelle start-up de l’habitat connecté
Leader français en solutions d’interphonie, Urmet conçoit depuis 25 ans des équipements innovants pensés pour les différents types d’habitat. Dernier né, le Home Book System est un interphone connecté qui permet de gérer en temps réel les consommations d’énergie mais également d’améliorer la communication au sein des résidences, notamment entre les gestionnaires et les locataires.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche