RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/10/2018

Zones humides en danger : il est grand temps de saisir l’ampleur de l’enjeu

Sébastien Arnaud



La Convention internationale sur les zones humides (Convention Ramsar) tire une fois de plus le signal d’alarme sur la préservation des zones humides. Elle a publié un rapport qui montre que ces zones très précieuses en termes de biodiversité continuent à diminuer à un rythme plus important que les forêts.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Entre 1970 et 2015 plus du tiers des zones humides de la planète ont disparu. Un constat accablant dressé par la Convention internationale sur les zones humides (Convention Ramsar). Dans son rapport publié fin septembre, cette organisation montre une fois de plus qu’il y a urgence à agir pour protéger ces zones très riches en biodiversité.

Militant en ce sens depuis plus de quarante ans, la Convention Ramsar a obtenu en 1971 la rédaction d’un traité international de protection de ces zones. Un victoire qui n’a pas eu les effets escomptés puisque le rapport montre que seules 18% des zones humides de la planète sont dans les faits protégées par ce traité.

« Les zones humides - lacs, marais, rivières, estuaires, récifs coralliens ou encore mangroves - sont les écosystèmes les plus riches de la planète et recèlent la plus vaste biodiversité. Malheureusement, « elles disparaissent trois fois plus vite que les forêts », a affirmé la secrétaire générale de la Convention, Martha Rojas Urrego. Et les conséquences pourraient être dramatiques si rien ne se passe. Environ 35% des zones humides mondiales ont disparu entre 1970 et 2015, avec une accélération depuis le début du siècle. Les raisons sont diverses : le changement climatique, l’accroissement de la population, l’urbanisation, en particulier des zones côtières et des deltas, l’extension des zones agricoles et la demande en eau associée. Et bien sûr, la pollution générée par tous ces changements » rapporte Radio France internationale.

Sans zone humides, hommes, animaux et nature sont en danger. Ce sont en effet ces zones qui permettent l’approvisionnement en eau douce du monde entier. « Plus d’un milliard de personnes en dépendent pour vivre et 40% des espèces s’y reproduisent. Enfin, elles sont une source vitale d'aliments, de matières premières, de ressources énergétiques pour l'industrie pharmaceutique et d'énergie hydroélectrique, met en exergue le rapport. Pourtant, les politiques nationales en tiennent rarement compte. Le rapport Ramsar recommande donc l’intégration des zones humides dans les législations nationales pour freiner ce processus de disparition avant qu’il ne soit trop tard » conclue l’article de la radio publique.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche