RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/07/2019

Une table de troc pour lutter contre les gaspillages à la cantine




Le gaspillage est le fléau des cantines scolaires. Pour lutter contre ce phénomène qui équivaut à 10 tonnes d’aliments jetés chaque année pour un collège de 500 élèves, des petites astuces logistiques sont expérimentées.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Un bref passage dans une cantine suffit pour s’en convaincre. Le gaspillage alimentaire scolaire est grave. Pour des raisons éthiques et éducatives, mais aussi environnementales. L’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (ADEME) estime que chaque élève gaspille 170 grammes de nourriture par jour. « Si à première vue, ce chiffre peut ne pas paraître alarmant, dans un collège où 500 élèves déjeunent chaque jour, c’est pas moins de 10 tonnes d’aliments qui sont jetées tous les ans, soit l’équivalent de 22 000 repas, ce qui correspond environ à 33 000 euros de gaspillage. Pour mettre un terme à ce gâchis, le collège Max Jacob de Saint-Jean-de-la-Ruelle a décidé d’adopter de nouveaux gestes, aussi simples qu’efficaces » rapporte Au Féminin .

Parmi les solutions envisagées, relevées d’abord par France Inter, la judicieuse idée d’une table de troc. L’idée est de permettre aux élèves qui réalisent qu’ils n’iront pas au bout de leur repas de déposer les surplus pour les autres élèves. « En plus de cette table de troc, le collège a également décidé de ne plus proposer de fromage pré-emballé en portion individuelle, mais de le découper à la demande des enfants. La ration de pain a également été limitée à trois morceaux par élève, cependant, "S’il en souhaite plus" précise Cyrille Roger, principal de cet établissement classé en zone prioritaire, "il pourra en redemander seulement après avoir mangé les autres". Grâce à ces astuces toutes simples, le collège assure ne plus jeter "que" 9 à 11 kilos de nourriture quotidiennement contre 27 à 32 kilos auparavant. De plus, les collégiens seraient devenus de véritables "ambassadeurs de l’antigaspi" et n’hésiteraient pas à appliquer ces règles de bon sens au sein de leur famille » lit-on plus loin.

De manière générale c’est le système des cantines scolaires dans son ensemble qui doit être rediscuté et notamment la surveillance des élèves. Si la plupart des élèves ne finissent jamais leur plateau, c’est bien qu’il y  a un problème logistique.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter