RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
01/08/2018

Une nouvelle maladie inquiétante plane sur l’Afrique




Depuis quelques semaines, une nouvelle maladie inconnue a causé la mort de 14 personnes en Afrique. Une tendance inquiétante alors que la fièvre Ebola est encore un défi sanitaire continental.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
« Nous avons enregistré 14 décès depuis le début du mois de juillet parmi une vingtaine de cas suspects que nous avons reçus depuis avril. Parmi les victimes, il y a des femmes enceintes et des enfants » a déclaré un médecin d’un centre spécialisé de la République Démocratique du Congo. Sa sortie est solennelle, à l’image de ce que laisse craindre l’éventualité d’une nouvelle crise sanitaire africaine. « Des échantillons ont pu être envoyés en observation dans la capitale du pays. Néanmoins, l'épidémie semble se répandre avec une vitesse indécente : actuellement six cas supplémentaires (un homme et cinq femmes) ont été pris en charge dans le centre de santé de Mangina, dans le Nord-Ouest du pays. D'autres malades ont quitté leurs structures médicales initiales, pensant que l'établissement de la ville n'était pas compétent. Or, ces dernières seraient mortes dans des conditions similaires » raconte le site Les Inrocks.
 
L’éventualité d’une nouvelle pandémie mortelle en Afrique est inquiétante alors que la fièvre Ebola n’est pas encore un souvenir. Neuf épidémies ont a ce jour été enregistrées pour cette maladie qui menace le continent africain. Au Congo Kinshasa depuis mai dernier 33 morts ont été causées par cette maladie sur les 54 cas répertoriés.
 
Avant que l’on en sache plus sur cette crise et sur son éventuelle gravité, des premières consignes de sécurité ont été publiées par précaution. Outre la consigne expresse de ne pas manipuler les dépouilles des victimes, d’autres dispositions ont été prises. «  Dans le but de lutter contre toute propagation incontrôlée, le centre de santé de la ville a conseillé une certaine précaution envers les différents points d'eau, ainsi qu'une désinfection des pieds de ceux qui passeraient le seuil du centre de santé, y compris les soigneurs. Martial Kambumbu, ministre provincial de la santé, a déclaré être à Kinshasa pour suivre les observations des différents échantillons en laboratoire. Il se prononcera alors à la suite du résultat des examens », lit-on plus loin.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche