RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
08/03/2019

Une étude dément catégoriquement le lien entre vaccin ROR et autisme




Depuis une étude publiée en 1998, la thèse du lien entre vaccin contre la rougeole et autisme a prospéré. Une nouvelle étude dément en bloc cette hypothèse. Mais le mal semble avoir déjà été fait dans les milieux anti vaccins.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
L’opposition est rude et pas habituelle dans la communauté scientifique. Généralement quand une étude va à l’encontre d’une précédente, l’opposition n’est pas mise en scène. Dans le cas de l’éventuel lien entre le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et l’autisme, c’est une autre histoire.

Tout a commencé en 1998 quand le chercheur britannique Andrew Wakefield a dirigé une étude publiée par la revue de référence The Lancet. Les auteurs affirmaient, en se basant sur seulement douze cas d’enfants, qu’il pouvait exister un lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme. « Depuis, une dizaine d’études bien plus solides ont été réalisées. Aucune n’a confirmé cette hypothèse. En 2010, sous la pression de la communauté scientifique, The Lancet a d’ailleurs fini par retirer l’article. Pourtant, il est encore régulièrement brandi par les anti-vaccins. Une étude de grande ampleur publiée cette semaine dans la revue Annals of Internal Medicine lui tord une nouvelle fois le cou et confirme que le ROR ne déclenche pas l’autisme. Les auteurs, quatre universitaires danois, ont passé en revue les dossiers médicaux de 650.000 enfants nés au Danemark entre 1999 et 2010. Au cours de cette période, 6500 enfants ont développé des troubles du spectre autistique. Les chercheurs ont alors comparé le nombre d’enfants autistes parmi les vaccinés et les non-vaccinés (au Danemark, la vaccination n’est pas obligatoire) et n’ont trouvé aucune différence » rapporte Le Figaro.

Le désaveu est total mais le mal semble avoir été fait. Comme le montre le quotidien français, à l’époque de sa publication, l’étude de Andrew Wakefield – chirurgien digestif de sa profession – avait fait grand bruit jusqu’en France et au Royaume-Uni. Sa thèse s’est répandue comme une trainé de poudre dans les milieux méfiants vis-à-vis des médecins. En revanche, les études qui l’ont contredit n’ont pas eu le même succès. Pire, « En 2011, une enquête réalisée par Brian Deer, un journaliste britannique au Sunday Times, a révélé que des données avaient été trafiquées et que le scientifique avait un intérêt personnel dans l’affaire. «Non seulement il a été rémunéré par un cabinet d’avocats mandaté par des familles d’enfants autistes pour faire un recours contre le fabricant du vaccin, mais il avait aussi constitué une société dans le but de commercialiser des tests diagnostic», rapporte Françoise Salvadori » rapporte Le Figaro.






1.Posté par thomss le 08/03/2019 17:25
Cette nouvelle étude, parmi des dizaines, montre l’absence de lien entre autisme et vaccins… ROR.

“Vaccin ROR”, il est bon de le préciser, car (regardez votre titre) cela se transforme systématiquement dans la tête de trop nombreux journalistes, en “”Vaccins”” :
- “Une nouvelle étude dément tout lien entre autisme et vaccins” (©BFMTV.COM, 07/03)
- “Vaccins et autisme : aucun lien selon la plus grande étude sur le sujet” (©Futura-Sciences, 06/03)
- “Une vaste étude dément une nouvelle fois le lien entre vaccin et autisme” (©Le Figaro, 06/03)

Or, le vaccin ROR est *le seul*- [parmi 11 vaccins obligatoires] à ne pas posséder d’aluminium en adjuvant.
L’aluminium, par ailleurs un élément chimique neurotoxique puissant, est utilisé sous forme de microparticules dans les vaccins afin de déclencher une forte réaction immunitaire, à moindre coût (permet de réduire la quantité d’antigènes).

L’utilisation d’aluminium dans les vaccins est hautement contesté.

Plusieurs chercheurs et médecins ont établi des faits, lancé des accusations graves [voir liens à la fin]. Pourtant, les autorités sanitaires continuent de nier, refusent d’ouvrir le débat.
En France, la justice a pourtant tranché. Le Conseil d’État a reconnu à 8 reprises le lien entre “vaccin à base d’aluminium” et :
– myofasciite à macrophages (=lésion sur le site de l’injection),
– fatigue chronique,
– douleurs articulaires et musculaires
– et troubles cognitifs
(cf par ex. décision n° 369478, https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000030926052 , mais aussi n° 369479, 347459, 362488),

alors que le site officiel “vaccination-info-service.fr” prétend outrageusement qu’il n’y a AUCUN lien !! (en alignant, au passage, plusieurs mensonges)
( https://vaccination-info-service.fr/Questions-frequentes/Questions-generales/Composition-des-vaccins/L-aluminium-des-vaccins-est-il-dangereux )

Il est bon de rappeler que :
– le vaccin ROR est étudié en long et en large, à l’avantage et aussi à l’impulsion de l’industrie pharmaceutique (= bruit médiatique favorable), alors que :
– les vaccins à base d’aluminium sont rarement étudiés, le recul est faible, très peu d’études, [et les études sur animaux sont inquiétantes], comme l’explique cet article référencé sur PubMed en 2011 :

« La recherche expérimentale, cependant, montre clairement que les adjuvants à base d’aluminium peuvent induire des troubles immunologiques sérieux chez l’homme. En particulier, l'aluminium sous forme adjuvante présente un risque auto-immunitaire, d'inflammation du cerveau à long terme, avec des complications neurologiques associées, et peut ainsi avoir des conséquences néfastes, profondes et généralisées pour la santé. »
( https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21568886 )

Renseignez-vous :
1) https://www.vaccinssansaluminium.org/decouvrir/
2) http://vaccinepapers.org/autism-brochure/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter