RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/11/2018

Travail et handicap : les entreprises doivent faire le pas




Dans le secteur privé, 3,4% des salariés sont des personnes handicapées. Dans une interview donnée à 20 Minutes, Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée de la question fait le point sur les dispositifs qui visent à faire évoluer la situation. Elle y assume notamment la politique de discrimination positive engagée avec l’obligation d’emploi de 6% de personnes handicapées.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Il suffit de se renseigner autour de soi. Les entreprises qui ont ouvert les portes du recrutement aux personnes handicapées sont toujours profondément satisfaites. Outre le fait qu’il s’agit d’une démarche profondément juste, dans le monde de l’entreprise, se compliquer la vie logistiquement par soucis de bien faire envoie des signaux très positifs aux collaborateurs. Valides ou non, ils comprennent qu’ils ne sont pas que des numéros et que chaque cas particulier est pris en compte par des ressources humaines attentives.
 
Les chiffres montrent en tout cas qu’il y a encore beaucoup à faire. Les chiffres officiels estiment que dans le secteur privé, les personnes handicapées représentent 3,4% des travailleurs. Un chiffre qui devrait baisser puisque le gouvernement vient d’annoncer que désormais seuls les emplois directs seront comptabilisés. « Cela nous permettra de savoir précisément où travaillent les personnes handicapées. Facialement, le taux d’emploi (3,4 % dans le secteur privé) va baisser, mais l’important est que nous aurons enfin une vision plus claire de qui emploie ces personnes » explique Sophie Cluzel dans une interview à 20 Minutes, Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées.
 
Outre des mesures de simplifications administratives qui doivent faciliter la vie des personnes handicapées, l’exécutif assume de tordre le bras du secteur privé pour que la situation évolue. « Tous les cinq ans, nous auditerons les outils et la pertinence de notre politique. L’obligation d’emploi de 6 % de travailleurs handicapés  devra peut-être être revue par branche professionnelle ou secteur d’activité. Peut-être n’aurons-nous plus besoin de ce quota même si tout le monde pense, pour l’heure, qu’il s’agit de la bonne discrimination positive. Soyons pragmatiques, plutôt que dogmatiques » a expliqué Sophie Cluzel.
 
Lire en intégralité sur le site 20 Minutes l’interview de Sophie Cluzel





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche