RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
14/12/2017

Transition écologique, la solution libérale prend de l’épaisseur

Sébastien Arnaud



Avec l’organisation d’un sommet pour le financement de la transition écologique à Paris, Emmanuel Macron a dénoncé les échecs des Etats à entrainer une évolution des pratiques. Les observateurs n’ont pas manqué de noter que c’est une nouvelle victoire pour la vision libérale de la transition.


ILD
ILD
« Mediapart » d’un côté et « Atlantico » de l’autre. Avec des positionnements médiatiques bien différents sur l’échiquier médiatique, les deux médias ont noté la même chose en observant le sommet parisien pour le financement de la transition écologique et énergétique. Pour les deux, c’est l’avènement d’un discours libéral dans le domaine de l’écologie jusqu’ici plutôt défendu par des défenseurs de l’économie dirigée.

Si ces grandes lignes sont évidemment réductrices et ont pour objet surtout d’observer une tendance, les réactions des médias, en fonction de leurs coloration idéologique est une bonne démonstration. « À y regarder de près, le propos d'Emmanuel Macron tenu lors du One Planet Summit surprend. Voilà un chef d'État qui convoque un sommet international pour expliquer que les États ne suffisent pas ou ne parviennent pas à lutter contre le réchauffement climatique. Ce constatant, le chef de l'État en appelle aux entreprises et aux particuliers pour compléter ou pour suppléer l'insuffisance des États » remarque Atlantico . Question que se pose aussi « Mediapart » dans une soirée débat « La Finance peut-elle sauver la planète ? », démontrant ainsi que l’échec des pouvoirs publics et l’urgence écologique invite à se poser la question.

A la fin de son développement le site Atlantico en dit un peu plus sur les motivations qui pourraient pousser le marché à évoluer vers plus d’écologie par lui-même « On voit le type de logique qui est à l'oeuvre: les assureurs sont durement éprouvés par les catastrophes ou accidents climatiques. Ils ont donc tout intérêt à investir dans la prévention de ces risques pour préserver leurs marges de rentabilité. C'est dans ce genre de logiques économiques que le marché peut produire plus d'externalités positives que l'action publique. Le climat est devenu un risque, et il reste à voir si les logiques assurantielles peuvent protéger les populations plus efficacement que les États contre la réalisation de ce risque. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale