RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
13/07/2018

Trafic aérien record : les enjeux environnementaux du secteur

Sébastien Arnaud



Samedi 29 juin 202 157 vols ont été recensés sur toute la planète, un record absolu qui a notamment été marqué par un pic de 19 000 vols simultanés. Des chiffres qui doivent nous interroger une fois de plus sur l’avenir écologique et durable de ce secteur en perpétuel développement.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Comme dans les films futuristes, est ce qu’un jours les embouteillages dans les airs seront chose habituelle ? On en est encore loin même si certains chiffres témoignent du développement constant du secteur aérien. Un nouveau record vient en effet d’être établi samedi 29 juin avec 202 157 vols enregistrés durant cette journée. Une donné impressionnante relevée par le site collaboratif spécialisé Flightradar24. Le même site précise ainsi que durant le pic de la journée, 19 000 avions étaient simultanément en vol. Une première qui donne le tournis d’autant que les vols militaires et non déclarés ne sont évidemment pas comptabilisés.

« Ces chiffres comprennent les vols commerciaux mais aussi les appareils privés. Flightradar24 rassemble différentes sources comme les systèmes ADS-B et MLAT (automatic dependent surveillance-broadcast et Multilateration ) qui sont également combinés avec les données des compagnies aériennes et des aéroports. En triangulant les différentes informations, le site estime pouvoir faire une estimation en temps réel du réseau » explique L’Usine Nouvelle .

Chaque année le trafic aérien progresse de manière importante (entre 6% et 8%). En 2017 quatre milliards de passagers ont été transportés et les experts estiment que ce chiffre devrait passer à 7,8 milliards d’ici 2036. De quoi interroger le secteur sur ses avancées technologiques et écologiques. Les appareils électriques n’étant pas encore d’actualité pour des avions de transports de passagers, l’aviation doit suivre le mouvement des autres secteurs et engager sa transition écologique.

«  Parmi les activités humaines susceptibles d'altérer l'environnement, l'aviation mérite une attention particulière. Elle possède, d'une part, un taux de croissance élevé par rapport aux autres sources anthropiques (augmentation du trafic passager de près de 9% par an entre 1960 et 1990, stabilisé depuis à environ 2% par an). Elle rejette, d'autre part, ses émissions non pas à la surface terrestre, mais directement dans la région de la tropopause où leur potentiel d'impact sur l'atmosphère se trouve démultiplié » explique ainsi sur son site le Service technique de l’aviation civile. « Le transport aérien, comme toute autre activité, génère une pollution atmosphérique aux échelles locale, régionale et planétaire. Toutes les mesures réalisées autour des aéroports montrent que les concentrations en polluants sont inférieures aux concentrations mesurées au cœur des grandes villes. Une action soutenue est cependant indispensable pour limiter la contribution de l'aviation dans le cadre du développement durable » poursuite le site lié au ministère de la Transition écologique.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale