RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
04/04/2019

Soins de santé : 3 millions de personnes n’ont pas de mutuelle

Sébastien Arnaud



La direction des études statistiques du ministère de la santé (Drees) rapporte que trois millions de personnes, soit 5% de la population, ne bénéficient pas d’une assurance complémentaire santé. Une situation d’autant plus préoccupante que des solutions existent pour les personnes les plus fragiles financièrement.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Un personne sur vingt en France n’a pas de carte de mutuelle. D’après les chiffres de la Drees, environ trois millions de personnes ne sont pas couvertes par une complémentaire santé. Le direction des études statistiques du ministère de la santé vient en effet de publier le « Panorama des complémentaires santé » et le résultat est impressionnant. « La Drees rappelle qu'en 2014, 16% des chômeurs et 9% des personnes au foyer se déclaraient non couverts, contre 2% à 3% des fonctionnaires, salariés du privé et retraités. La généralisation de la complémentaire d'entreprise, entrée en vigueur en 2016, a peu changé cette situation : "Les premières estimations indiquent que le taux de non-couverts ne baisserait que d'un point" du fait de cette mesure. Passées entre les mailles du filet des contrats collectifs, les personnes sans couverture santé complémentaire sont aussi des bénéficiaires potentiels des filets de sécurité. Ainsi, la moitié "pourraient en principe prétendre à la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) ou à l'ACS (aide au paiement d'une complémentaire santé)", calcule la Drees, qui pointe "une méconnaissance (de ces) dispositifs d'aide" » lit-on sur le site Orange Actus.

Une grande part du problème vient donc des personnes qui ne savent pas de quel côté se tourner pour obtenir une complémentaire santé qui correspond à leur situation et à leur niveau de vie. En novembre 2019, la CMU-C et l’ACS vont fusionner et devenir une complémentaire contributive allant jusqu’à 30 euros par mois dans le but de convaincre plus de personnes.

Depuis le début des années 2000, le nombre de mutuelles a été divisé par quatre. « Un "vaste mouvement" de "fusions et absorptions" provoqué par "les exigences réglementaires", en particulier sur les réserves financières, et par une concurrence exacerbée du fait de la couverture quasi-totale de la population. Dans ce paysage de plus en plus compétitif, les assurances ont tiré leur épingle du jeu: leur part de marché est passée de 19% à 31% des cotisations collectées (35,7 milliards d'euros au total en 2017) » précise l’Agence France presse (AFP).





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter