RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Robert K. Merton et la socialisation anticipatrice

26/03/2020



Robert King Merton est un sociologue américain, considéré par beaucoup comme le fondateur de la sociologie des sciences. Il y a développé des concepts notables, comme les prophéties auto-réalisatrices, la socialisation anticipatrice, les groupes de référence ou la notion de sérendipité en sociologie. Il a été l'élève de Talcott Parsons, sociologue reconnu pour son approche fonctionnaliste de la sociologie.



Robert K. Merton (CC)
Robert K. Merton (CC)

Groupe social, normes et valeurs

Dans l’approche fonctionnaliste, chaque groupe social possède une culture composée de normes et de valeurs spécifiques qui vont guider l’action individuelle sociale. Ces principes forment des systèmes qui orientent les manières de penser et d’agir.

On peut définir la "socialisation" comme un ensemble de mécanismes par lesquels les individus font l’apprentissage des rapports sociaux et vont assimiler les normes (règles et modèles de comportement) et les valeurs d’une société. Il s'agit donc d'un processus par lequel l'individu va construire son identité psychologique et sociale.

La socialisation apparaît de ce fait comme un processus d'interactions entre un individu et son environnement (influences mutuelles entre les êtres sociaux).

La notion de socialisation anticipatrice

Pour Robert King Merton, la socialisation anticipatrice consiste pour l’individu, à adopter par anticipation les normes et comportements du groupe qu'il espère intégrer  (groupe de référence), en délaissant les attributs identitaires de son groupe d'appartenance. La notion de groupe d’appartenance se réfère au fait que les individus sont originellement "situés quelque part", et qu'ils entrent donc dans des catégories sociales données.

La socialisation anticipatrice consiste à apprendre et à intérioriser, par anticipation, des normes et valeurs nouvelles, afin de pouvoir s’intégrer dans un nouveau groupe social. Ce mécanisme doit aider l'individu à s'insérer dans le groupe qu'il convoite, en facilitant son adaptation, comme le montrent les travaux sur l'identité sociale.

Du groupe d'appartenance au groupe de référence

Théorisée par Robert King Merton en 1957, élève de Talcott Parsons, la socialisation anticipatrice concorde avec l'idée d'une société de plus en plus différenciée, dans laquelle l’individu est libre de choisir son groupe de référence au nom de ses préférences. Selon cette vision, l’individu n’est plus associé à une catégorie sociale ou culturelle unique (facteur de reproduction sociale). Il a une certaine capacité à définir son rôle et sa position dans la Société. Il peut socialiser au-delà de son groupe d’appartenance, en évoluant vers d'autres groupes qu'il va choisir comme cadre de référence.

C’est donc le groupe de référence qui sert de repère et de motivations à l’individu. Les spécificités du groupe de référence l’emportent ainsi sur celles du groupe d’appartenance. Se développe ainsi le cas de la figure de l’ouvrier fier de sa condition et militant mais qui pousse ses enfants vers ce qu’il juge être une condition plus élevée (cadre, professeur, médecin). La force de ce mouvement est donc d'essayer de sortir de sa classe d’origine  (quitte à l'effacer de sa mémoire), en apprenant et intériorisant des valeurs plus en phase avec ses aspirations.

Généralement, le groupe de référence est un groupe de statut social plus élevé que celui de l'individu (élévation sociale). On peut cependant souligner des cas où ce point est moins évident (cas notamment des adolescents dans leur recherche d’identification à des groupes marginaux ou déviants).

Conclusion

La socialisation anticipatrice va très souvent de pair avec le principe de mobilité (changement de statut ou de position dans la Société), en favorisant les changements de catégories sociales ou culturelles dans la société.

Cette réalité n’est toutefois pas sans conséquences. L’individu peut être frustré de se comparer perpétuellement à des personnes jugées hors d'atteinte, en cherchant à leur ressembler à tout prix dans l'espoir de se faire reconnaître.

Cette frustration peut même s’avérer problématique, quand la Société laisse peu de place à la mobilité (système social clos et rigide), provoquant chez les personnes concernées de l'amertume (désengagement, démotivation), voire de la colère (grève, révolte, heurts).

Pour aller plus loin

Merton R. K., Social Theory and Social Structure, Macmillan USA, 1965 [1re éd., 1949].
Merton, R. K., "The Normative Structure of Science". In: Merton, Robert K., The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations. Chicago, IL, 1942.
Merton R.K., Eléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin/Masson, 1997.[1950], p. 207-208.
Merton, R. K., "Social Structure and Anomie". American Sociological Review. 3 (5), 1938, p: 672–682.
Merton, R. K., "The Self Fulfilling Prophecy", Antioch Review, 1948, 8 (2): 193–210.
Merton, R. K.,"The Unanticipated Consequences of Purposive Social Action". American Sociological Review, 1936, 1 (6): 894–897.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter