RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
16/07/2018

Réchauffement climatique : les villes françaises doivent faire beaucoup mieux

Sébastien Arnaud



Le WWF France s’est penché sur le comportement des grandes métropoles françaises dans leur contribution pour lutter contre le réchauffement climatique. Un an après le Plan Climat qui doit permettre de respecter les Accords de Paris, il faudrait faire beaucoup plus pour espérer remplir les objectifs.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
C’est mieux que rien mais ce n’est clairement pas assez. Le WWF vient de publier les conclusions d’une étude sur les engagements des dix premières métropoles françaises pour arriver à la neutralité carbone. Malgré des efforts certains, le rapport montre surtout que ce n’est pas assez pour espérer contenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C.
 
« ll y a un an, la France se dotait d'un Plan Climat visant à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, en lien avec l'Accord de Paris. Pour mettre en œuvre cet objectif ambitieux, les villes françaises, qui représentent 80% de la population totale et 67% des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont des acteurs incontournables. Or, leurs engagements ne sont aujourd'hui pas à la hauteur pour réussir à contenir le réchauffement climatique bien en-dessous de 2°C » résume le WWF.

Le constat est d’autant plus décevant que ces dix métropoles à elles-seules représentent près de 70% des émissions de gaz à effet de serre de tout le pays. « L'étude montre qu'au rythme actuel les métropoles auront consommé en 13 ans l'intégralité de leur budget carbone permettant de contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C et en 5 ans seulement à 1,5°C. Même en respectant les objectifs qu'elles se sont déjà fixés, leur budget carbone devrait être entièrement consommé entre 2025 et 2044. Au niveau national, la France aura consommé ce budget carbone en 2028, d'ici 10 ans seulement. »

La bonne tendance de la plupart de ces ensembles urbains doit donc être non seulement mais confirmée et accélérée. « L'enjeu est certes considérable, mais des solutions concrètes pour relever le défi climatique existent et peuvent être adoptées à court terme : développer les énergies renouvelables, le vélo et les zones à faibles émissions, amplifier la rénovation du parc bâti, favoriser l'évolution des pratiques agricoles et alimentaires ou encore développer l'économie circulaire, pour ne citer que quelques exemples. Plusieurs métropoles ont d'ores et déjà fixé des caps ambitieux vers la neutralité carbone ou le 100% renouvelables. Reste maintenant à définir le chemin pour y parvenir » ajoute le WWF.






1.Posté par Mermillon le 17/07/2018 15:50
Bonjour,
le France émet en gros 1% du CO2 d'origine anthropique. Donc en admettant que ce soit LA cause du RC, ce qui reste toujours à prouver toute polémique mise à part, tout effort de notre part sera totalement insignifiant. En poussant à l'extrême, si on efface la France du monde aucun effet ne sera visible.
Dans le cas contraire, donnez moi l'effet des mesure que vous préconisez et là on peut discuter.
Bon courage.

2.Posté par burly le 18/07/2018 18:35
@Mermillon. Les scientifiques (GIEC - plus de 1500 chercheurs internationnaux) estiment que la probabilité de la responsabilité de l'activité humaine au regard du changement climatique est de 95%. Où est la polémique ?

Si on suit votre raisonnement, nous devrions donc ne rien faire et attendre d'accueillir tous les futurs réfugiés climatiques (en milliards). Je pense donc que nous devons montrer l'exemple et montrer que la lutte contre changement climatique peut être vu comme une opportunité sans revenir à l'age de Pierre (économies, consommation raisonnée, indépendance énergétique...)

Le changement climatique n'est pas un débat d'écolo mais un enjeu géo-politique et économique

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale