RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
26/11/2019

Réchauffement climatique : 2018, année record des concentrations de gaz effet de serre




Les concentrations de CO2 et d'autres gaz à effet de serre dans l'atmosphère, à l'origine du réchauffement climatique, ont atteint un nouveau record en 2018. Leur augmentation a même été un peu supérieure à la moyenne sur les dix dernières années, a déclaré lundi à Genève l'Organisation météorologique mondiale (OMM).


Creative Common Pixabay
Creative Common Pixabay
« Aucun signe de ralentissement » n'est visible, a averti l'Organisation météorologique mondiale (OMM) à quelques jours de la Conférence sur le climat (COP25) qui se tiendra du 2 au 13 décembre prochains à Madrid. Dans sa dernière prise de position, l'organisation ne se montre guère plus optimiste. Non seulement la tendance ne s'inverse toujours pas, mais les concentrations continuent à augmenter sur le même rythme d'année en année. L'OMM explique que "de façon générale, l'augmentation des concentrations de CO2 de 2017 à 2018 a été très proche de celle observée de 2016 à 2017." 

« Il convient de rappeler que la dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c'était il y a 3 à 5 millions d'années : la température était de 2 à 3 °C plus élevée qu'aujourd'hui, et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres au niveau actuel », a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas, propos repris dans ce même communiqué de l'OMM, qui ajoute que "pour mémoire, les concentrations mondiales de CO2 ont franchi le seuil, symbolique, de 400 ppm en 2015."

D'après les scientifiques, "le dioxyde de carbone (CO2), qui est associé aux activités humaines et constitue le principal gaz à effet de serre persistant dans l'atmosphère, atteint donc désormais 407,8 parties par million (ppm), soit 147% de plus que le niveau préindustriel de 1750", souligne l'OMM, qui précise que "ce rapport rend compte non pas des quantités de gaz à effet de serre qui sont libérées dans l'atmosphère, mais de celles qui y restent, sachant que les océans absorbent environ le quart des émissions totales, tout comme la biosphère, dont font partie les forêts."
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter