RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/12/2019

RSE du numérique, encore beaucoup de chemin à parcourir

Sébastien Arnaud



Dans un secteur récent et en constante évolution comme le numérique, la place de la RSE est fondamentale. Pourtant, il reste encore beaucoup à faire pour que des principes directeurs soient dans l’ADN des services numériques.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Pour ce qui est de la RSE, le numérique a des enjeux propres. Contrairement aux activités anciennes ou aux secteurs qui doivent renouveler leurs infrastructures, le numérique est en constant développement. Qu’il s’agisse de la technologie ou des services, ils sont en perpétuels redéfinition, notamment du fait des avancées de la recherche et de la forte concurrence. 

« Et pour réussir à s’y lancer concrètement, faire un état des lieux des différents enjeux, au niveau de la gouvernance, des employés, de la communauté, de l’environnement et du business devrait être la première action à engager. L’étape suivante sera d’évaluer ces enjeux sur un axe Importance/Performance. Cette évaluation permet d’engager les points clés sur lesquels l’entreprise doit s’améliorer. Elle pourra même aller jusqu’à s’engager dans une démarche de certification par un organisme externe, par exemple le label B-Coorp ou le label Numérique Responsable , permettant de définir un calendrier et des objectifs chiffrés, qui simplifie leur intégration dans une stratégie globale d’entreprise » analyse Silicon.fr.

Le site spécialisé dédie un article à la question du RSE dans le numérique. Il propose notamment deux axes. Le premier consiste à défendre le principe de sobriété. Notamment en faisant évoluer l’état d’esprit qui consiste à considérer que ce qui est virtuel n’a pas de conséquences dans le réel. Et pour cela, l’auteur encourage à « créer des services qui répondent à une nécessité réelle pour l’utilisateur final et éviter de créer des fonctionnalités qui consomment davantage de ressources sans y apporter de la valeur ajoutée. Si nous prenons l’exemple des notifications : plébisciter dès la conception d’une application un usage raisonné en les rendant totalement personnalisables. Ainsi l’application va répondre davantage aux besoins d’un utilisateur, au lieu d’ajouter des interruptions inutiles dans sa journée. » Le second « levier », consiste à continuer à travailler à rendre de plus en plus accessible les services numériques en prenant bien en compte les handicaps, le rapport à la technologie et même le sens critique. De ce point de vue, le rapport aux données et la transparence des règles de confidentialités sont essentiels. 

Lire en intégralité l’article de Silicon.fr sur la RSE dans le numérique





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter