RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/02/2018

RSE : 98% des Français s’offusquent de mauvaises pratiques managériales




Une entreprise ne peut pas cacher son fonctionnement interne et les situations révoltantes deviennent vite publique. Outre les effets négatifs sur le recrutement et donc sur le choix des collaborateurs, la réputation d’une entreprise est fortement impactée par la publicité autour de mauvaises pratique managériales.


ILD
ILD
On le dit et on le répète, le public sait de plus en plus que la RSE est un enjeu. Il attend de plus en plus des entreprises qu’elles soient exigeantes dans leurs engagements, mais surtout cohérentes entre ce qu’elles promettent et ce qu’elles réalisent. Par ailleurs, aujourd’hui, on estime que la norme est la mise en place d’un management respectueux et les pratiques rudes ou déshumanisantes sont régulièrement la source de polémiques. C’est ce que confirme une étude de Denjean & Associés qui affirme que pour 88% de la population une bonne politique RSE améliore la bonne image d’une entreprise.

Pour une entreprise, une approche vertueuse de l’organisation du travail est fondamentale ne serait ce que pour son recrutement. Les sociétés qui mettent l’accent sur le bien être ou l’équilibre avec la vie privée seront logiquement privilégiées par les candidats. A l’inverse, les conditions difficiles sont vite connues et agissent en répulsif.
 
Mais ce n’est pas tout. Le public aussi devient de plus en plus exigeant. « Les mauvais agissements des entreprises en matière de travail offusquent près de 98 % de Français. Il s’agit entre autres d’actes portant sur les licenciements abusifs et à grande échelle des salariés sans propositions concrètes de solutions alternatives ou encore les exploitations de stagiaires pour des tâches réservées normalement aux employés sous contrat, les pressions exercées sur les équipes de travail, les conditions de travail, l’emploi des enfants, etc » explique Presse Citron, s’appuyant sur l’étude de Denjean & Associés. « Enfin, 90% des Français apprécient les marques dont les actions sont bénéfiques à l’environnement, comme celles qui proposent des produits ou services « verts » ou qui œuvrent pour améliorer les conditions de vie des animaux » lit-on plus loin sur le même site.
 
Lire ici en intégralité l’article sur le site Presse Citron





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale