RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/12/2018

Quartier La Défense : un plan pour mieux gérer les heures de pointes

Sébastien Arnaud



Aux heures de pointe, le quartier de la Défense est une fourmilière humaine, particulièrement de 8h30 à 9h30 quand la grande majorité des travailleurs prennent les transports. Face à cette affluence record, l’Île-de-France, Paris la Défense, RATP, SCNF et quatorze entreprises installées dans ce quartier lancent un plan de désengorgement.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les heures de pointes sont le sommet de l’absurdité de nos vies. Entassés dans des trains, RER, métro ou bus, les travailleurs sont parfois incapables de bouger ou de rentrer dans leur transport en commun tant ils sont bondés. Commencer sa journée par cette épreuve a des conséquences sur le moral évidentes. Face à cette situation, particulièrement vraie dans les quartiers à forte activité professionnelle, plusieurs acteurs se sont associés pour lancer un plan de désengorgement de La Défense. Cette zone d’affaires en proche périphérie de Paris est en effet particulièrement concernée.
Fin novembre, la région Ile-de-France, Paris La Défense, la RATP, SNCF Mobilités et quatorze entreprises du quartier ont signé une charte pour lutter contre l’engorgement des transports.

« Pourquoi une charte ? Tout simplement pour lisser les heures de pointe et faire en sorte qu’il y ait moins de monde dans les transports en commun autour de La Défense. Cette charte d’engagements réciproques vise à réduire de 5 à 10 % le nombre des salariés utilisant les transports en commun à l’arrivée à Paris La Défense pendant ces heures-là, soit une réduction de 5 000 à 10 000 usagers environ le matin. Sachant que plus de 100 000 personnes rejoignent leur lieu de travail tous les matins entre 8h30 et 9h30. Ce partenariat signe le début d’une première phase d’un an » rapporte Courrier Cadres.

« Nous investissons en effet 24 milliards d’euros d’ici à 2025 pour un réseau dimensionné pour faire face à un pic de fréquentation entre 8h et 9h30 alors que les transports en commun sont presque vides une grande partie de la journée » a commenté la présidente de la région, Valérie Pécresse. Parmi les solutions avancées, le coworking, le déplacement des heures des réunions ou rendez-vous sont envisagées par les entreprises. Du côté des collectivités, des efforts devront être faits pour favoriser le covoiturage, le vélo et une meilleure gestion des transports en général.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche