RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/10/2019

Protection des océans : le GIEC alerte




Le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur l’océan et la cryosphère, publié le 25 septembre dernier, souligne la nécessité pour les gouvernements d’intensifier et d’accélérer leurs efforts pour faire face à la crise climatique et pour protéger les océans. Une nouvelle preuve de l’urgence à mettre en place les outils nécessaires à la protection des océans, des eaux territoriales jusqu’à la haute mer.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
« Les conclusions scientifiques sont sans appel et font froid dans le dos. Les impacts néfastes des émissions de CO2 liées aux activités humaines sur nos océans sont bien plus vastes et plus rapides que prévu, déclare dans un communiqué Taehyun Park, experte climat pour Greenpeace. L’action pour le climat et le renforcement de la résilience des océans doivent aller de pair. Les gouvernements et les entreprises connaissent les solutions : ils doivent prendre des mesures décisives pour abandonner les énergies fossiles, et soumettre leurs plans nationaux pour rester en dessous de 1,5°C d’ici à l’année prochaine. Ils doivent également mettre en place un traité mondial sur la haute mer qui ouvrira la voie à la protection d’au moins 30% des océans grâce à la création d’un vaste réseau de réserves marines. »

Le rapport du GIEC fait état de changements potentiellement irréversibles, de menaces croissantes pour les océans et de la diminution de la cryosphère. Il est publié alors que les niveaux de glace en Arctique atteignent leur deuxième niveau le plus bas jamais enregistré.

Le GIEC présente également des solutions politiques pour aider les gouvernements à atténuer les pires impacts du réchauffement planétaire et à renforcer la résilience au changement climatique. Il souligne les difficultés liées aux défaillance des systèmes de gouvernance des activités humaines en mer et de la cryosphère, qui restent fragmentés entre pays et ne permettent pas une protection efficace des océans.

« Le rapport du GIEC est une nouvelle sonnette d’alarme pour les gouvernements qui continuent à somnoler pendant la crise climatique, explique Edina Ifticène, chargée de campagne Océans pour Greenpeace France. Hier encore, lors de l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations Unies, devant les dirigeants mondiaux, Emmanuel Macron expliquait que la limitation de la vitesse des bateaux était une première étape pour la protection des océans : nous attendons plus de courage de la part du gouvernement ! Un traité sur la haute mer est actuellement en cours de négociations : la France doit s’y engager pleinement, c’est l’occasion concrète d’afficher sa volonté politique pour réellement protéger les océans, ce qui n’a pas été le cas jusqu’à présent.»

Issu de près de 7 000 articles rédigés par plus de 100 scientifiques experts sur le climat, le rapport du GIEC constitue l’évaluation la plus complète à ce jour de la gravité des impacts du changement climatique sur les océans et la cryosphère (zones gelées terrestres).





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter