RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/10/2018

Maewan, une bulle d’oxygène pour notre avenir

Marion Courtois



Renouer avec l’esprit des premiers explorateurs — Tutoyer les portes de l’impossible grâce à une première expédition de 7 ans à travers les contrées les plus reculées : De l’Arctique à l’Antarctique en passant par le Pacifique et l’Atlantique. Maewan, c’est un voilier avec des athlètes de classe mondiale pour équipage au service de nos jeunes et notre planète.


Photo : Bertrand Delapierre.
Photo : Bertrand Delapierre.
Depuis maintenant 3 ans et demi, à chaque escale, l’équipage de Maewan réalise une première : Grimper des cascades de glace en Islande, escalader des big walls dans les fjords vierges du sud du Groenland, être l’un des 8 navires à franchir le fameux passage du nord-ouest en 2016 avant de quitter les ports de l’Alaska et du Kamtchatka, en compagnie de la championne du monde, skier les pentes enneigées des volcans des îles Kouriles, sauter en base jump dans les fjords perdus de Nouvelle-Zélande ou poser les premières highlines sur les pitons des îles marquises. Autant de projets exceptionnels qui ont enrichi, transformé pour toujours tous ces hommes et ces femmes réunis grâce à Maewan.
Car, à chaque première réalisée, les sportifs, accompagnés du capitaine, Erwan Le Lann et de la Coordinatrice Générale, Marion Courtois, s’engagent également pour une durée de trois semaines dans un projet social ou environnemental en collaboration avec une association locale.
 
Faire bouger les lignes et les consciences, amener un souffle nouveau. En septembre 2018, ce sont les deux recordmen du monde de highline, Nathan Paulin et Antony Newton qui ont guidé une vingtaine de jeunes entre 12 et 20 ans en situation d’isolement à la construction de leur projet qu’il soit personnel, professionnel ou communautaire. Proposer des repères, des modèles et des méthodes pour se construire à travers 12 sessions intercalant ateliers théoriques et pratiques jusqu’à ce que les yeux commencent à s’éclairer, l’énergie à circuler, dans le respect de la singularité de chacun. Canaliser les compétences vers un but commun, analyser les risques, décortiquer l’impossible pour le rendre atteignable afin de permettre à ces jeunes de devenir les adultes de demain dans le respect des autres et de notre environnement.

Photo : Bertrand Delapierre.
Photo : Bertrand Delapierre.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche