RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Limiter l’impact carbone et le temps perdu dans les transports : le télétravail est-il la seule solution pour les entreprises ?

Partenaire éditorial
19/05/2020





Avec le télétravail massivement mis en place pour répondre à la crise que nous avons traversé en France et dans le monde, les salariés ont découvert qu’ils pouvaient travailler sans se déplacer de chez eux. De quoi réduire le temps de trajet domicile-travail ainsi que leur empreinte carbone… puisqu’ils ne prenaient plus ni voiture ni transports en commun. Peut-on envisager un monde du travail qui, dans un futur proche, prenne en compte ces nouveaux paramètres ? Entre télétravail et présentiel, émerge la solution de petits centres d’affaires internes aux grandes entreprises répartis autour des grandes métropoles et permettant d’éviter les déplacements sans avoir les inconvénients du télétravail. 

Le trajet domicile-travail : une perte de temps qui coûte cher à la planète
 
En moyenne, en France, le trajet domicile-travail dure 37 minutes, soit plus d’une heure aller-retour (souvent 2 heures en région parisienne !) La vision traditionnelle du travail impose en effet au salarié de prendre chaque jour la voiture, un covoiturage ou les transports en commun pour se rendre à son bureau et, finalement… s’asseoir devant un ordinateur qu’il aurait pu démarrer une heure plus tôt à son domicile.
 
Les managers des grandes entreprises comme Accor, LVMH, Total, Engie ou L’Oréal ont d’ailleurs de plus en plus de mal à expliquer aux salariés quels sont les avantages de ces trajets quotidiens. Pour Christophe Leblanc, directeur des ressources et de la transformation numérique de la Société Générale, le télétravail a permis dans certains cas de gagner en productivité. Pour certains patrons, c’est même une révélation. Jean-Luc Petithuguenin, le PDG de Paprec, déclarait ainsi :  «après y avoir toujours été opposé, je suis devenu un nouveau converti du télétravail » même si Frédéric Oudea de la Société Générale juge que «  tout ne doit pas se passer en dehors des bureaux »..
 
Ce questionnement sur les temps de transport vers un lieu de travail parfois éloigné peut facilement être couplé à des considérations écologiques, partagées par de plus en plus de salariés, surtout les jeunes diplômés : selon l’Insee et son enquête nationale transports et déplacements, ces trajets domicile-travail représentent 15% des émissions liées au transport et 4% du total des émissions de gaz à effet de serre de France. Cette heure perdue dans les transports a donc un bilan carbone important et une empreinte écologique non-productive, en plus d’impacter négativement le quotidien des salariés.
 
Dans le cadre d’une stratégie RSE, il est pourtant possible à la fois d’améliorer le bien-être des salariés et l’impact écologique de l’entreprise. Et ce n’est pas très compliqué à mettre en place.
 
Une solution intermédiaire entre télétravail et présentiel : les bureaux de proximité
 
Si, dans certains métiers, le temps de trajet domicile-travail est incompressible, les salariés qui ont pu bénéficier du télétravail durant le confinement commenceront probablement à se demander s’il n’est pas possible de réduire ce temps de trajet. Or, 73% des télétravailleurs aimeraient continuer à télétravailler après le déconfinement. En revanche, ils sont presque un tiers à considérer que le télétravail a dégradé leur santé physique et mentale.
 
Le problème réside dans le fait que le télétravail, s’il présente d’indéniables avantages, n’est pas idéal pour tout le monde. Ainsi, un cadre disposant d’une maison spacieuse de 200 m2 avec des enfants étudiants ne travaillera pas de la même façon qu’un jeune couple avec des enfants de 5 et 7 ans dans un appartement de 50 m2 (ce qui est plutôt la norme en région parisienne). Ces derniers, auront du mal à se concentrer, seront souvent dérangés et ne disposeront que d’un espace exigu pour travailler. Le télétravail ne peut dans ce cas constituer qu’une solution transitoire.
 
Une solution répond à ces deux problématiques de long cours, bien-être au travail et diminution du temps de transport, ainsi qu’à celle plus pressante de la sécurité sanitaire : il s’agit des bureaux individuels de proximité loués par l’employeur, comme une sorte de centre d’affaire interne, à l’instar de ceux que propose le Groupe LF Immobilier en région parisienne. Ces plateaux, de 100 à 300 mètres carrés, tout équipés et aménagés en bureaux individuels, placés aux abords des grandes villes, permettent de réduire le temps de trajet des collaborateurs qui disposent alors d’un environnement de travail moderne et stimulant, tout en faisant l’économie du trajet domicile-travail. Pour Philippe, l’un des occupants de ces bureaux : « j’ai des réunions au siège mais lorsque je n’ai pas à m’y rendre je vais dans un bureau de proximité situé dans les Yvelines. Je m’assure qu’il est libre et je mets 10 minutes pour y aller. Je préfère ça au télétravail car lorsque mes enfants rentraient, je n’arrivais plus à me concentrer. J’ai rencontré de nouveaux collègues, c’est aussi le côté sympa. J’ai gagné en productivité. Cette solution est encore trop rare dans les grandes entreprises alors qu’elle est facile à mettre en œuvre, économique et vraiment géniale en termes de qualité de vie. »
 
Un avantage pour le salarié qui améliore ainsi son quotidien et réduit son empreinte carbone. Il consommera moins d’essence et aura plus de temps pour lui et sa famille. Quant à l’entreprise, outre une amélioration de son image auprès des équipes et la réduction de son empreinte carbone, elle pourra intégrer la location de ces bureaux à une stratégie d’optimisation des coûts fixes : les bureaux loués aux abords des grandes villes comme Strasbourg ou Paris coûtent moins cher qu’en centre-ville, ce qui permet à l’entreprise de proposer des espaces de travail plus agréables, voire complètement indépendants, à chaque collaborateur. La modularité entre télétravail, bureaux de passage de proximité et présentiel constitue un avantage important que les collaborateurs apprécieront.
 
Un vrai plus pour les grandes entreprises qui choisiront cette solution : économiquement abordable, bon pour la planète et générateur de confort pour les collaborateurs !

Limiter l’impact carbone et le temps perdu dans les transports : le télétravail est-il la seule solution pour les entreprises ?






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter