RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
19/06/2019

Life below water : la vie aquatique, Objectif de Développement Durable n°14 de l’ONU

RSE Magazine



L’ONU a dressé une liste de 17 Objectifs de Développement Durable, qui donnent la marche à suivre pour parvenir à un avenir meilleur en répondant aux défis mondiaux. Le 14ème objectif, portant sur la préservation de la vie aquatique, a fait l’objet d’une récente conférence à Gstaad, à l’initiative de Nachson Mimran.


Les 17 Objectifs fixés par l’ONU ont vocation à être vécus et mis en œuvre par tous. En effet, chaque citoyen se conçoit désormais comme citoyen du monde, membre d’une même communauté mondiale, au sein de laquelle est partagée l’engagement en faveur de ces 17 objectifs de développement durable de l’ONU. Ils doivent en principe être atteints par tous les États membres de l’ONU d’ici à 2030.

Le 17ème Objectif porte sur les partenariats pour la réalisation des 16 Objectifs. C’est dans ce contexte de partenariat avec l’ONU que s’est tenue le 10 juin 2019 à l’Hôtel Alpina à Gstaad une Conférence sur l’Objectif n°14 : la vie aquatique. L’organisateur de la conférence, monsieur Nachson Mimran a créé également avec son frère monsieur Arieh Mimran la fondation To.org, destinée initialement à s’impliquer auprès des réfugiés à Nakivale et Kyebando en Uganda et à Cox’s Bazar au Bangladesh. On connait également Nachson et Arieh Mimran pour leur implication depuis plusieurs années dans les projets caritatifs majeurs tels que la Fondation Marie-Louise Mimran, dédiée au développement de la santé, l’éducation et le sport au Sénégal, pays dans lequel la famille Mimran a des attaches anciennes et profondes.

Forte de ses premiers succès, To.org se mobilise activement en faveur du développement durable, en s’associant en qualité de partenaire de l’ONU pour favoriser les 17 Objectifs de Développement Durable. L’enjeu n°14 est primordial puisque 70% de la superficie de la planète est composée par les mers et océans. La dégradation des mers et océans a ainsi un impact direct sur l’état général de la planète.  Cette conférence a ainsi réuni plusieurs experts qui ont échangé entre eux et avec les invités, et alimenté les réflexions en vue d’apporter des idées de solutions pratiques à mettre en œuvre face à une situation préoccupante.

​Un constat alarmant
 
Selon sustainablebreakthroughs (1), environ 300 millions de tonnes de plastique sont créés chaque année. Or, le WWF indique qu’au moins 86 millions de tonnes de plastique encombrent déjà les mers et océans, causant des nuisances considérables. Le plastique, matériau non biodégradable, constitue ainsi à lui seul un véritable défi pour l’environnement. La pollution qu’il engendre est considérable, puisqu’il se retrouve notamment dans l'estomac des poissons. 

Par ailleurs, engrais, pesticides, produits chimiques utilisés dans les champs représentent un problème de taille pour les littoraux. Le ruissellement de surface entraîne ces polluants dans les rivières, qui les emportent à leur tour vers les mers et océans soulevant ainsi des questions sanitaires majeures. 

Par chance et par nécessité, les consciences commencent à se réveiller ; le monde change et c’est tout un mouvement de fond qui vise à aider la planète en protégeant enfin la vie aquatique. Toute une économie se met en place autour du développement durable visant à la protection de la vie aquatique, en particulier à travers le recyclage des bouteilles en plastique.
Lors de cette conférence à Gstaad, plusieurs entreprises ont été mises à l’honneur pour leur engagement en faveur du développement durable :
  • Bottletop, une marque de luxe durable fabriquant des sacs à partir des languettes d’aluminium des canettes provenant d’Amérique latine.
  • Parley qui créé des articles de modes (chaussures, sacs, bouteilles d’eau, etc..) à partir de plastique recyclé des océans.
  • Coral Morphologic, entité à la fois scientifique et artistique formée par le biologiste marin Colin Foord et le musicien J.D. McKay en 2007 à Miami. Pionniers et avant-gardistes des coraux macro-videographiques, leur travail consiste particulièrement à protéger les coraux à Miami mais également à travers le monde.
  • Surfff.net/ qui est une société de fabrication de planches de surf à base d’algue et de bouteilles de plastique recyclées fondée par Nate Satre.
  
Des activistes de notre patrimoine commun se mobilisent également, à l’instar de la skieuse et surfeuse professionnelle Sierra Quitiquit qui propose une journée par semaine sans plastique #PlasticFreeFridays ou de la mannequin Alessandra Ambrosio, Ambassadrice notamment de #Togetherband. Ainsi que le déclare énergiquement l’explorateur Johan Ernst Nilson lors du workshop, rien n’est impossible, et il faut ainsi multiplier et encourager les initiatives telles que celles des entreprises citées. C’est toute une nouvelle économie qui se crée et doit impérativement être encouragée pour remplir les objectifs fixés par l’ONU. Nachson et Arieh Mimran se mobilisent pour le développement durable et souhaitent encourager la finance durable et la multiplication des investissements durables.
 
(1) Sustainablebreakthroughs.com dont le CEO est Grant Kendzior





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter