RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/11/2018

Les forêts en Méditerranée sont menacées

Sébastien Arnaud



Un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) souligne le danger qui guette les forêts de la région Méditerranée. Malgré une grande augmentation en surface, ces forêt du pourtour de la mer sont menacées.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Entre 2010 et 2015, dans la région méditerranéenne les forêts ont augmenté de 200%. 1,8 million d’hectares supplémentaires qui sont l’équivalent de la superficie de la Slovénie. Une donnée encourageant qu’un rapport de la FAO nuance en soulignant les menaces spécifiques qui pèsent sur ces forêts.
 
L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) a réalisé ce rapport avec le Centre d’activités régionales du Plan d’action pour la Méditerranée (Plan Bleu). Il en ressort que le changement climatique, la croissance démographique, les incendies et les pénuries d’eau font peser un péril important sur les forêts de la région. « Les forêts de la Méditerranée ont depuis longtemps appris à s'adapter aux pressions induites par le développement humain. Mais ces pressions n'ont jamais été aussi extrêmes que maintenant (…) A moins d'en faire plus pour lutter contre la dégradation des forêts, plus de 500 millions de personnes à travers 31 pays et trois continents seront bientôt confrontées à des problèmes économiques, sociaux et environnementaux » a déclaré le numéro deux de la FAO, Hiroto Mitsugi.
 
Au total, les forêts du pourtour de la Méditerranée représentent 2% de la zone forestière de la planète avec 88 millions d’hectares. L’équivalent de la superficie de la France et l’Italie cumlulées. « La dégradation des forêts dans le Nord de la région Méditerranée est principalement due à l'abandon des terres et aux feux, tandis que les forêts situées dans le Sud-Est doivent faire face aux répercussions du surpâturage, de la pression démographique et de la surexploitation du bois de chauffage » explique le communiqué de la FAO.

Par ailleurs, le réchauffement climatique a des conséquences dans plusieurs domaines « La hausse des températures, les pluies irrégulières et les périodes de sécheresse prolongée devraient avoir pour effet de fortement altérer le couvert et la répartition des forêts et des arbres pendant les années à venir. Par exemple, lorsque les arbres tentent de résister aux sécheresses, ils se vident de leur stock de carbone et produisent moins de glucides et de résines qui sont essentiels pour leur santé. Cette situation a eu pour effet de voir dépérir les chênes, pins, épicéas et hêtres en Espagne, en France, en Italie et en Grèce. En Algérie, les cèdres de l'Atlas connaissent également le même sort. »





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche