RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
05/11/2018

Les chargés de RSE font changer les choses depuis l’intérieur




D’après une étude universitaire sur la place des professionnels de la RSE au sein des entreprises, la tâche est loin d’être évidente. Un exigeant travail de lobbying interne attend la plupart d’entre eux.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Responsable RSE au sein d’une entreprise, la tâche n’est pas toujours évidente. Deux professeurs se sont penchés sur le rôle de ces professionnels dans des entreprises en Allemagne, pays où la RSE est un sujet omniprésent. « Pas une entreprise n'oserait aujourd'hui déclarer qu'elle fait peu de cas de la responsabilité sociale et environnementale. Portée par la direction générale, portion ou aiguillon _ c'est selon _ de la stratégie, la RSE n'en reste pas moins, au quotidien, un sujet d'opérationnels. Frank de Bakker et Christopher Wickert, respectivement professeur à IESEG School of management et professeur associé à la Vrije Universiteit d'Amsterdam, se sont donc interrogés sur le rôle et la marge de manoeuvre de ces responsables chargés de promouvoir les bonnes pratiques au sein des grandes organisations. Pendant plusieurs années, ils ont mené en Allemagne, pays considéré comme exerçant un niveau de pression équilibré sur les questions RSE, des dizaines d'entretiens avec ces professionnels salariés de multinationales » rapporte le quotidien Les Echos.

Parmi les grandes leçons de ce travail, plusieurs entre en résonnance avec ce que l’on observe dans les entreprises françaises. Notamment le positionnement hiérarchique souvent batard dans lequel se trouvent ces professionnels. Ni dans le top management, ni dans l’opérationnel, un « entre-deux » qui en dit long sur leur quotidien et la place de cette thématique dans les entreprises.

Il apparait surtout que les chargés de RSE sont dans une démarche de lobbying ou de plaidoyer interne lorsqu’ils cherchent à appliquer quelques principes en actes concrets. « Les professeurs de Bakker et Wickert évoquent un « marché aux idées » sur lequel peuvent apparaître des tensions entre ceux qui veulent promouvoir les sujets de RSE (les « vendeurs ») et ceux qui sont censés les prendre en compte (les « acheteurs »). Dans ce contexte, les « vendeurs » de RSE recourent à diverses méthodes pour convaincre leurs collègues, avec le souci de ne pas se faire trop insistants, mettent en évidence les chercheurs » rapporte le quotidien économique.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche