RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
24/09/2018

Le train à hydrogène avec zéro émission polluante fonctionne en Allemagne

Sébastien Arnaud



Le train à hydrogène Alstom est en fonction en Allemagne. Le Coradia iLint réussit l’exploit de ne rejeter aucun gaz polluant et est capable d’effectuer mille kilomètres sans charge. Une prouesse technologique qui donne de l’espoir à la filière ferroviaire.


DR Alstom
DR Alstom
Elle est loin l’époque des trains à charbon qui traversaient les campagnes en laissant derrière eux une épaisse fumée de combustion. Pas si loin en termes d’années, quelques décennies à peine, mais d’un point de vue technologique. Alstom vient en effet de se féliciter de la mise en circulation de son Cordia iLint, un train qui ne rejette aucun gaz polluant. « Le Coradia iLint est équipé de piles à combustible qui transforme l’hydrogène stocké sur son toit et l’oxygène ambiant en électricité, tandis que ses batteries lithium-ion lui permettent de stocker l’énergie récupérée lors le freinage, afin qu’elle soit réutilisée durant les phases d’accélération. Ce moyen de transport peu bruyant peut transporter 300 passagers à une vitesse maximum de 140 km/h et dispose d’une autonomie impressionnante. Avec un seul plein d’hydrogène (qui ne prend que quelques minutes), l’engin est capable de parcourir 1 000 kilomètres, une autonomie équivalente à celle des trains fonctionnant au diesel » résume le Daily Geek Show.

C’est une première au monde. Ce qui explique en grande partie que le principal frein au développement de cette technologie est le prix à l’achat de ce train. Plus cher que les trains classiques, le constructeur fait valoir qu’il est plus économique à l’usage. Avec uniquement deux rames en activité actuellement, une quinzaine d’autres devraient rejoindre la même ligne dans les prochains mois.

Alstom est une entreprise française et la moitié du réseau du pays n’est pas électrifié. Deux arguments qui devraient jouer en faveur de l’apparition de ces trains dans nos campagnes. » Plusieurs régions françaises se sont déjà portées candidates pour d’accueillir ce type de moyen de transport écologique dans les années à venir. Mais comme c’est déjà le cas pour le développement des voitures à hydrogène, notre pays souffre d’un sérieux retard dans ce domaine, en dépit du fait que de nombreuses entreprises françaises, comme Air Liquide, Total ou Alstom, proposent d’ores et déjà des solutions efficaces pour faciliter le déploiement de tels dispositifs » déplore l’article du Daily geek Show





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche