RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
25/10/2018

Le président du MEDEF interpelle l’AMF sur les ventes à découvert




Devant 200 chefs d’entreprise réunis lors d’un déjeuner organisé par le mouvement Ethic, le président du MEDEF Geoffroy Roux de Bézieux, a appelé explicitement à un renforcement des contrôles et à une action des autorités financières telles l’AMF, concernant certaines ventes à découvert agressives, des pratiques boursières qu’il juge pour sa part « choquantes ».


Certains acteurs financiers auraient-ils des comportements contraires à l’éthique ou à la loi régulant les activités financières ? La question n’est pas nouvelle, mais il est plus rare qu’elle soit posée en creux par un président du MEDEF, en l’occurrence Geoffroy Roux de Bézieux, actuel « patron des patrons ». L’auditoire de chefs d’entreprise et de patrons de PME réunis pour un déjeuner par le mouvement Ethic ne s’attendait pas forcément à une telle sortie de la part d’un homme connu pour ses prises de position libérales. Mais elle n’est pourtant pas illogique, sachant que sont dénoncées ici des pratiques financières qui flirtent bien souvent avec les limites de la légalité.
 

Dans la ligne de mire de Geoffroy Roux de Bézieux, la pratique de la vente à découvert de titres d’entreprises, attaquées par des fonds hostiles qui parient sur la chute du cours : un fonds d’investissement ou un hedge funds achète ou emprunte un certain nombre de titres d’une entreprise cible, puis les revend à un tiers sur la conviction que le titre va baisser. Si le fonds à l’origine de ce pari a raison, il rachète les titres en question quelques temps plus tard (quelques semaines ou quelques mois) à un montant inférieur et empoche la différence. Si la baisse est forte, le bénéfice est à l’avenant.
 

La pratique est légale dans la plupart des pays mais elle est très encadrée. Comme dans tous les métiers liés à la finance, il y a sur le marché des acteurs plus ou moins vertueux. La majorité de ces fonds se présente comme des « lanceurs d’alerte », dénonçant des cotations surévaluées, parfois en raison de pratiques litigieuses. Mais tous n’ont pas la même ambition (intéressée) de corriger les déséquilibres des marchés ; certains fonds sont tentés de mettre toutes les chances de leur côté pour « favoriser » leur pari, quitte à mobiliser des analystes sans scrupules ou à instrumentaliser des agences de notations. Pour dévaloriser un titre, rien de tel que d’alimenter les craintes les plus diverses sur l’entreprise ou son dirigeant ; en la matière, la simple rumeur ou un tweet suffise parfois à faire dévisser un cours, et engranger de juteux bénéfices.
 

Or, influer à la baisse sur la valorisation d’une société peut la mettre en grandes difficultés, notamment auprès d’autres investisseurs. La responsabilité de ces fonds, majoritairement anglo-saxons, dans les difficultés de certaines entreprises est donc clairement posée, d’autant plus que ces pratiques, si elles génèrent des profits rapides, ne créent par ailleurs aucune valeur : elles ne font qu’en détruire sur la base de procédés purement spéculatifs. Certaines entreprises cibles n’ont en effet que le défaut d’être vulnérables aux attaques, indépendamment de toute considération sur les résultats ou la stratégie.
 

Cette pratique des ventes à découvert n’est pas récente mais elles ont brusquement augmenté en volume après la crise de 2008 : un peu moins de 300 opérations sont menées entre 1996 et 2015, contre près de 200 pour la seule année 2017. Par ailleurs, le périmètre de ces actions se déplace : à l’origine situé aux Etats-Unis, le cœur de cible de ces fonds est désormais en Europe. Ce qui a interpellé le président du MEDEF récemment, c’est aussi bien la récurrence et la synchronisation des attaques contre des valeurs françaises et européennes (Danone, CGG, Safran, SFR, Casino…), que l’absence de réaction des autorités financières françaises telles l’AMF, le gendarme de la bourse. Pourtant, si la coordination de ces attaques entre fonds devait être démontrée, il s’agirait bien d’une manipulation de cours, tombant sous le coup de la loi.







1.Posté par CAZEAUX le 09/11/2018 12:29
Bonjour,

Actif sur les marchés depuis 2000, je peux vous confirmer que des manipulations ont lieu en particulier depuis 2008-2009, par la vente à découvert via des options (donc pas forcément via le SRD et du coup le SRD long only ne sert à rien), visant à faire baisser fortement les cours de certaines sociétés les mettant en grande difficulté, pour ensuite ramasser la mise en rachetant autant voire le double ou le triple de titre, pour enfin ou bien prendre ou faire le contrôle de la société par des concurrents, ou tout simplement affaiblir la concurrence dans une opération s'apparentant à du protectionisme agressif dans la lignée de la guerre commerciale internationale en cours. C'est un véritable scandale et l'AMF ne fait rien, à croire qu'elle est soudoyée. Dans un contexte où le gouvernement souhaite que les particuliers investissent plus en actions, je peux vous dire que cela n'encourage en rien le placement de ses économies. Et je ne parle même pas des robots traders.

En fin de compte la bourse est devenue un loto, et la bourse française un des pires casino où on puisse placer son argent. En effet, compte tenu de ce qui précède et de la fiscalité, autant avoir un compte titres où placer des actions américaines et des trackers sur indices américains, la bourse américaine tirant l'ensemble des autres places boursières, avec pour avantage de ne pas être la victime de ses propres fonds de pensions puisque par construction cela nuirait aux américains et en particulier à leur retraite basée pour beaucoup sur la capitalisation d'actifs américains.

2.Posté par CAZEAUX le 09/11/2018 12:51
En complément il faudrait aussi alerter les patrons ayant recours aux OCABSA, probablement de par leur ignorance ou par les conseils de sociétés douteuses, qui conduisent à des situations ubuesques où les innovations françaises se retrouvent à bon compte aux mains de fonds étrangers ou d'investisseurs rapaces au détriment des particuliers bloqués pendant des années avec des titres dont le PRU est très largement supérieur au cours du moment, sans espoir réel de pouvoir retrouver un jour leur investissement.

Il est grand temps d'apporter des conseils éclairés et utiles aux particuliers comme par exemple d'éviter tout investissement dans ou de vendre de suite tous les titres d'une société ayant recours aux OCABSA, ceux de toute société procédant à des multiples augmentations de capital en moins de 2 ans, toute société dont la capitalisation boursière est en dessous d'un certain seuil, toute société dont le capital est au dessus d'un certain seuil coté sur les marchés, toute société dont le flottant dépasse un certain seuil, ...

Faute de quoi je crains que les français se désintéressent de plus en plus voire définitivement des actions, ecoeurés de perdre de l'argent si ce n'est par les frais et la fiscalité les accompagnant.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche