RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/06/2018

Le paradoxe des pubs dans les boites aux lettres à l’heure du recyclage

Sébastien Arnaud



Alors que les messages de prudence avant d’imprimer, les invitations à faire le tri sont de plus en plus insistants, la persistance des magasins et enseignes de grande distribution à nous inonder de pubs papiers est incompréhensible. En 14 ans, ces pubs ont augmenté de 15% et représentent une moyenne de 2,3 kilos par ménage chaque mois.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Ces pubs n’ont jamais été très agréables. Elles bouchent nos boitent aux lettres quand elles ne jonchent pas le sol de nos allées. Les messages « Stop pub », des voisins les plus agacés sont la seule arme connue contre cette pratique. On aurait pu penser que les exigences écologiques et les rhétoriques RSE des entreprises auraient au moins un petit impact sur cette tendance. C’est le contraire qui est observé par UFC Que choisir. L’association montre en effet que les publicités des boites aux lettres ont augmenté de 15% entre 2004 et 2018 14 ans pour passer de 2 kilos à 2,3 kilos par mois et par ménage.
Ainsi, à l’heure des économies de papiers et du recyclage, un quart du volume des papiers consommés en France le sont par ses prospectus de réclame. « Qui en émettent le plus ? Les grands groupes de la distribution cumulent presque la moitié (47 %) de ces publicités devant les enseignes spécialisées dans le bricolage, les vêtements, le jardinage ou l’ameublement (20 %), d’après l’UFC Que choisir, qui a effectué des relevés sur la base du travail de 344 bénévoles » avance Le Dauphiné Libéré .
L’avantage avec ces publicités c’est que les entreprises qui les produisent sont facilement identifiables. On retrouve ainsi dans le haut du classement des gaspilleurs, des enseignes qui s’acharnent à communiquer autour de leur RSE : « Les enseignes Carrefour, E. Leclerc et Système U se partagent le podium. Elles représentaient 21 % des prospectus au mois de mai, avec respectivement 7,3, 6,8 et 6,3 prospectus dans chaque boîte. Intermarché (4,3 prospectus par boîte) et Monoprix (3,7) sont plus raisonnables » continue le quotidien local.
Du côté des solutions, l’UFC Que Choisir affirme qu’elle a observé une baisse de 93% des prospectus dans les boites aux lettres qui mettent un autocollant « Stop Pub ». « Depuis 2004, trois plans nationaux de prévention des déchets censés réduire la pollution publicitaire des boîtes aux lettres ont été lancés, sans amélioration de la situation » continue Le Dauphiné.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale