RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/03/2019

Le pangolin, mammifère le plus prisé du marché noir




Le pangolin est le mammifère le plus trafiqué au monde. On compte plus d'un million d'animaux trafiqués au cours de la dernière décennie. Pour une espèce que la plupart des gens n'ont jamais observée, ni ne connaissent, c'est un chiffre choc.


En septembre 2016, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) a décidé à l'unanimité d'inscrire les huit espèces de pangolin à « l'Annexe I », auparavant classées à « l'Annexe II ». Cela signifie l'interdiction totale de tout commerce international de pangolin en Afrique et en Asie où vivent les huit différentes espèces de ce mammifère. Cette réalité souligne le caractère critique de la menace qui pèse sur l'espèce et démontre qu'il existe un consensus mondial sur l'importance de ce mammifère.

Le commerce illégal d'espèces sauvages est le quatrième commerce illicite le plus important au monde après le trafic de drogue, d'armes et d'êtres humains. Les saisies de parties de corps de pangolin se poursuivent.

Dans un communiqué, l’Organisation des Nations Unies (ONU) rappelle ainsi « les conséquences du commerce illégal d'espèces sauvages sur le seul mammifère à écailles du monde, mais aussi qu'il est encore possible de sauver des espèces menacées si nous agissons avec sagesse dès à présent. »

Une campagne de sensibilisation collaborative

Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
Lisa Hywood, directrice générale et fondatrice de la Fondation Tikki Hywood , s'en souvient : « Il y a vingt-trois ans, Negomo, une pangolin femelle adulte, nous était arrivée dans un sac de farine, mal-odorante et terrifiée. Quand j'ai regardé dans le sac, mon coeur s'est mis à battre la chamade, je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il fallait faire, ni de la façon dont je pourrais aider cet animal désespéré. C'est ainsi que j'ai sauvé mon premier pangolin... Les deux dernières décennies ont été un voyage incroyable pour moi-même et pour nous tous à la Fondation Tikki Hywood. »

L’ONU souligne dans son communiqué qu’en 2016, la Fondation s'est associée au photographe de renommée mondiale, Adrian Steirn, pour produire un court documentaire intitulé The Pangolin Men. 

Cette série met ainsi en vedette des gardiens de pangolin qui travaillent à la Fondation Tikki Hywood et qui ont développé une relation avec chaque pangolin dont ils s'occupent. Elle démontre également à quel point le pangolin est vulnérable et dans quelle mesure les soins de soutien fournis par la Fondation sont si importants pour qu'ils puissent être réhabilités et renvoyés dans la nature : « La collaboration derrière le projet Pangolin est née lorsque Adrian Steirn a rencontré la famille Mavros et a entendu parler du développement d'une nouvelle collection de leurs bijoux réputés, la Collection Pangolin, inspirée par leur relation de longue date avec l'espèce, conçue pour sensibiliser et collecter des fonds pour la Fondation Tikki Hywood. »
 

Il y a quelques jours à peine, « des responsables de Hong Kong ont annoncé avoir intercepté une cargaison de neuf tonnes d'écailles de pangolin, la plus grande saisie jamais réalisée par la ville. 1 000 défenses d'éléphant faisaient également partie de cette même cargaison. Elles ont été retrouvées cachées sous des morceaux de viande congelée à bord d'un cargo qui avait fait escale à Hong Kong depuis le Nigeria jusqu'au Viet Nam », ont précisé des responsables qui ont estimé la valeur de cette cargaison à près de 8 millions de dollars. « Ce qui représenterait jusqu'à 13 000 pangolins », ajoute l’ONU dans son communiqué.
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter