RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
28/02/2020

Le flow : Etat d’excellence et de bien-être

Marie Laurent



Parce qu’il est lié à une forte motivation, qu’il est source de bien-être et conduit une personne à donner le meilleur d’elle-même, le flow apparait comme l’état psychologique optimal à atteindre pour allier performance et bonheur.


Le flow, que l’on peut traduire par flux ou fluidité, est une expérience qui se produit quand une personne est complètement immergée dans une activité qu’elle aime, qui la stimule et qu’elle maitrise.

Il est possible de vivre le flow dans n’importe quel type d’activité physique, intellectuelle ou relationnelle, dans le travail ou dans la vie personnelle :
Le chirurgien occupé à opérer, le sportif en compétition, le comédien en représentation, l’étudiant en train d’acquérir de nouvelles connaissances, la personne qui s’adonne à sa passion pour le jardinage ou les mots croisés, des personnes en conversation sur un sujet profond, etc.

Issue du courant de la psychologie positive, la théorie du flow a été développée par le psychologue hongrois Mihaly Csikszentmihalyi au cours de ses recherches, qui ont débuté dans les années 1970 et ont duré plus de vingt ans. Durant ce temps, lui et ses confrères ont interrogé des milliers de personnes à travers le monde, pour comprendre la nature et le mécanisme de cette expérience enchanteresse.

Quel que soit leur âge, sexe, culture et classe sociale, toutes en ont fait la même description :
Une totale absorption dans l’activité, du bien-être, l’oubli du temps qui passe, pas de sensation de faim ou de fatigue. La tension est présente car il y a un contrôle sur l’action mais l’énergie mentale coule sans effort. Les personnes sont emportées par le flow et la satisfaction qu’elles en retirent leur donne envie de réitérer l’expérience.

La raison est que cette satisfaction équivaut à un sentiment d’accomplissement et de dépassement de soi.

En effet, la joie ressentie dans l’état de flow se distingue du plaisir, aussi intense soit-il, qui est éprouvé sans effort, comme c’est le cas par exemple, lorsque l’on regarde un bon film, que l’on contemple un magnifique paysage ou que l’on écoute sa musique favorite en se relaxant.

Pour que l’état de flow se produise, certaines conditions sont essentielles :  
. L’activité représente un défi, les aptitudes de la personne étant légèrement en dessous des exigences du défi. Si celui-ci est trop ambitieux ou au contraire inexistant, alors la joie propre au flow fera place à des émotions négatives telles que le stress ou l’ennui.
. L’activité est régie par des règles et dirigée vers un but qui est clair.
. La personne reçoit un feedback au fur et à mesure qu’elle agit, ce qui lui permet de contrôler la progression de sa performance et d’adapter sa stratégie. Par exemple, le joueur d’échec sait à chaque coup s’il progresse vers son objectif de faire échec et mat à son adversaire.
. La concentration est intense. La personne est totalement prise dans son activité et ne se laisse pas perturber par son environnement ou des pensées qui ne sont pas en lien avec ce qu’elle est en train de faire.

Complètement focalisée sur le moment présent, son mental et sa réflexion sont mis en sourdine, c’est son intuition et sa créativité qui s’expriment, la conduisant à exécuter les actions les unes après les autres, de manière fluide et aisée, comme si c’était naturel et automatique.

Dans son livre « l’intelligence émotionnelle », le psychologue Daniel Goleman observe : « le flow, c’est le summum de l’intelligence émotionnelle : les émotions mises au service de la performance ou de l’apprentissage. Celles-ci ne sont pas seulement maitrisées et canalisées, mais aussi positives, chargées d’énergie et appropriées à la tâche à accomplir. »

Dans l’état de flow, la personne évolue entre maitrise et lâcher prise.

C’est ce que semble décrire la danseuse étoile, Clairemarie Osta quand elle exprimait dans une interview :  « Plus on acquiert de la technique, et plus on se donne de liberté. L’émotion prend de plus en plus de place, parce qu’elle est soutenue par une compétence, un savoir-faire. La maitrise ouvre la possibilité de ne plus maitriser… Au fil des années, je me suis rendu compte que ce n’est pas contrôler qui est important : c’est être juste ».

Les avantages à exploiter l’état de flow sont divers :
. Le dépassement de soi ressenti lors d’une telle expérience permet à une personne de gagner en estime de soi et en confiance en soi.
. L’immersion totale dans une activité stimulante permet de lutter contre l’anxiété et autres émotions négatives. La personne vit le moment présent et oublie ses préoccupations. Son ego et ses frustrations sont mis de côté.
. La motivation est solide car elle est intrinsèque. L’état de flow est une fin en soi et il est source d’épanouissement. La satisfaction liée au résultat, à la récompense est secondaire.
. La créativité est libérée, les capacités sont décuplées, le travail et l’apprentissage sont facilités.

Au travail, l’état de flow permet d’accroitre l’engagement des employés et la performance collective. Il est donc judicieux pour une entreprise engagée dans une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail, de mettre en place des actions destinées à le favoriser.

Cela peut consister à aménager l’espace de travail pour qu’il soit propice à une meilleure concentration et à instaurer un management apte à stimuler la motivation intrinsèque. Un manager au leadership affirmé donne du sens, fixe des objectifs clairs, encadrés, adaptés aux talents, motivations et compétences de ses collaborateurs et leur donne un feedback régulier.

Mais lorsque les conditions ne sont pas particulièrement favorables, quand le travail est monotone ou difficile, une personne peut se responsabiliser et chercher à raviver son enthousiasme, par exemple en donnant du sens à certaines tâches qu’elle effectue machinalement, en se fixant des défis, etc. Cela demande d’envisager les choses d’une autre façon, plus positive.

La connaissance de soi et la maitrise de sa conscience contribuent à développer un état d’esprit optimiste.

Le coaching aide une personne à poser des actions en accord avec ce qui l’anime profondément, dans chaque domaine de sa vie. La sophrologie quant à elle permet de développer ses capacités d’attention et de concentration, propices à l’émergence d’états psychologiques optimaux.

Faire des choses que l’on aime et pour lesquelles on est doué, engage et rend heureux, particulièrement lorsque cela permet de se dépasser et se sentir évoluer. Faire l’expérience du flow,  prendre conscience de ces moments précieux dans son travail comme dans sa vie personnelle, et les susciter le plus souvent possible, permet d’améliorer la qualité de son existence.

Marie Laurent, coach professionnel et sophrologue, chargée de formation Veille Conférences & Formations (Lex Squared)




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter