RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
17/07/2018

Le Maroc continue son bras de fer contre les sacs plastiques

Sébastien Arnaud



Deux ans après avoir interdit les sacs plastiques dans tout le pays, le Maroc est loin d’avoir éradiqué ce fléau écologique. Un premier bilan permet de réaliser que l’absence d’alternatives et des circuits d’approvisionnement illégaux empêchent une véritable disparition des sacs à usage unique.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Pionnier en Afrique en interdisant les sacs plastique à usage unique, le Maroc n’est pas pour autant débarrassé du problème. « Si la loi "zéro mika" (zéro déchet), qui interdit l’utilisation et la production des sacs en plastique au Maroc a deux ans, force est de constater que son application reste encore limitée au circuit organisé, tandis que de nouveaux canaux d'approvisionnement se sont créés à destination des marchands ambulants et des souks » explique le magazine Jeune Afrique .

La loi qui a été promulguée quelques jours avant la COP22 n’a pas réussi à faire disparaitre les sacs à usage unique. Quelques jours avant un bilan de l’exécutif marocain, une association locale dresse un bilan peu encourageant. Zéro Déchet ( Zbel dans le texte ndlr) rapporte en effet que 60% des commerçants se retrouvent confrontés à une demande de sacs plastique par leur clientèle. L’enquête de terrain repose sur un sondage de 235 personnes dans trois villes et huit souks.

Pour l’association le manque d’alternatives pratiques et la gratuité des sacs plastiques empêchent la disparition totale de ces déchets en sursis. « La chasse des commerçants ne respectant pas la nouvelle loi a pourtant commencé dès sa promulgation. 682 467 opérations de contrôle ont été effectuées sur les vingt-quatre derniers mois à travers tout le pays. 3 826 infractions ont été enregistrées et plus de 5 millions de dirhams (450 000 euros) d’amendes ont été prononcés. Le ministère explique en outre que les saisies des sacs en plastiques, sur les points de vente ou dans leurs ateliers de confection représentent plus de 750 tonnes, auxquelles s’ajoutent presque 90 tonnes de sacs plastiques saisis aux frontières » précise Jeune Afrique. Un bilan à avoir en tête alors que d’autres pays du continent sont sur le point de franchir le cap de l’interdiction.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale