RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
03/09/2019

Le G7, nouvel échec de la diplomatie climatique ?




Le sommet du G7 à Biarritz s'est conclu le 26 août dernier par un nouvel échec de la diplomatie climatique. Emmanuel Macron a surtout fait émerger des initiatives anecdotiques, qui dissimulent mal son échec sur la rehausse des objectifs climatiques des pays du G7, et sa propre inaction en France.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
« Aucune vision globale sur la lutte contre le changement climatique ne se dégage de ce sommet entre les chefs d’Etats les plus puissants du monde : le climat n’est même pas mentionné dans la déclaration finale », explique Clément Sénéchal, chargé de campagne Climat et Forêts à Greenpeace France.

Ce G7 n’aura pas été l’occasion pour les Etats membres du G7 de revoir drastiquement à la hausse leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre ou d’avancer sur la sortie des énergies fossiles. Ce silence est particulièrement inquiétant, alors que les engagements climatiques des Etats nous conduisent actuellement tout droit à une hausse globale des températures de 3 à 4°C.

Emmanuel Macron a fait le choix de mettre les incendies en Amazonie au cœur des discussions de ce G7. Or, la réponse n’est pas à la hauteur de l’urgence et de l’ampleur de ce désastre environnemental. « Les soutiens financiers sont importants mais ils n’empêcheront pas la catastrophe de se reproduire. Des politiques structurelles sont nécessaires. La France est un pompier pyromane : elle contribue directement à la déforestation et aux incendies en Amazonie par ses importations de soja, destinés à l’alimentation animale », analyse Clément Sénéchal.

Pour aller au-delà des grandes déclarations, la priorité d’Emmanuel Macron devrait être de rompre avec l’élevage industriel pour amorcer la transition agroécologique indispensable à la lutte contre le changement climatique.
La France doit également mettre en œuvre au plus vite la Stratégie Nationale contre la Déforestation Importée (SNDI), qui reste pour le moment une simple déclaration de bonnes intentions, sans mesures contraignantes pour le secteur privé.
Accords de commerce internationaux

Emmanuel Macron a eu beau jeu d’annoncer ne plus pouvoir soutenir l’accord UE-Mercosur en l’état du fait de “l’inaction de Jair Bolsonaro face au changement climatique”. Cette annonce apparaît tardive et opportuniste selon Greenpeace.

Cela fait des années que les ONG alertent sur les dangers de cet accord pour la forêt amazonienne, Bolsonaro ou pas, et la France a soutenu sa signature par l’Union européenne en juillet dernier.

Pour Clément Sénéchal, « si Emmanuel Macron veut être cohérent et limiter les impacts climatiques du commerce international, il doit maintenant stopper la ratification du CETA en France. En l’état, le texte ne contient aucune garde-fou climatique, contrairement aux promesses de l’exécutif ».





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter