RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Laurent Lapierre et le leadership

20/04/2020



Titulaire de la Chaire de leadership Pierre-Péladeau et professeur titulaire à HEC Montréal, il est aujourd'hui professeur émérite. Ses travaux portent sur la direction, le leadership, la gestion des entreprises artistiques et culturelles et la méthode des cas. Il s'est intéressé à l'influence de la personnalité des dirigeants sur leurs façons de diriger, ainsi qu'aux comportements générateurs de succès et d'échecs.



Le leadership part de soi

Dans l'ouvrage Imaginaire et Leadership paru en trois tomes entre 1992 et 1995, l'universitaire québécois, Laurent Lapierre présente sa vision du Leadership. Pour lui, le leadership, c'est la direction, l'orientation donnée à une organisation et les façons de diriger les individus. Cette orientation provient  de la vie intérieure du Leader. Elle se manifeste à travers son expérience (vécu), sa vision personnelle, ses façons d'être et d'agir, mais aussi ses convictions  (croyances et valeurs), son imagination et ses fantasmes. 

Le leadership n'est donc pas le fruit de connaissances techniques apprises et maîtrisées qui peuvent se transmettre de façon mécanique.  Si cette forme de direction implique naturellement des qualités visibles (enthousiasme, capacités à communiquer et à mobiliser, qualités de persuasion), elle part essentiellement de soi (réalité intérieure) et des attributs personnels de la personne (atouts, faiblesses, défauts, failles). Le leadership fait essentiellement appel à la personnalité du leader, en puisant sur ses qualités intrinsèques et sur son histoire personnelle. Les notions de leadership et de personnalité sont donc étroitement liées. 

La dimension subjective du Leadership

Alors que le management et la gestion s'intéressent aux dimensions supposées objectives (structure, processus, outils, techniques), le leadership est associé à l'intuition, au ressenti, à la créativité.

Le manager a essentiellement comme mission, l'atteinte de ses objectifs. Son travail consiste à élaborer des modes d'actions pour répondre aux objectifs de l'organisation. Il se concentre sur la mise en place, la mesure et l'atteinte d'objectifs. Il est chargé de contrôler l'activité de son équipe afin d'atteindre ou de dépasser les objectifs fixés.  Le leader a un rôle différent, même s'il doit naturellement prendre en compte les contraintes fonctionnelles et organisationnelles d'une direction. Il s'agit pour lui d'initier et développer des actions nouvelles et originales (issues de ses propres aspirations), en vue de transformer la réalité organisationnelle, par sa capacité à influencer les autres. Tandis que le manager doit veiller à stabiliser l'organisation (en régulant et contrôlant), le leader doit susciter le changement (en orientant et mobilisant).

Ainsi, contrairement au management (gestion), le leadership et le leader ne peuvent se comprendre que dans des histoires de cas (récits de vie) réalisées par des chercheurs expérimentés, formés au travail clinique. Ici, la connaissance (la théorie) ne peut remplacer le discours de l'analysé.

Conclusion

Le leadership est une forme de direction qui va bien au-delà des capacités analytiques, des connaissances techniques, du sens politique et des habiletés de direction dont peut faire preuve un dirigeant. Le leadership est une manière de penser et d'agir qui trouve ses fondements dans la vie intérieure du leader. Le leadership vient donc de l’intérieur, alors que la gestion vient de l’extérieur, du monde de l’extraversion, de ce qui est formulé et dit.

Le leadership ne peut donc s'enseigner de manière classique car il fait appel au vécu et à la personnalité du dirigeant. Le leadership est une "réalité fuyante et éminemment subjective". Il ne peut s’apprendre que de façon subjective, à partir de l'analyse des discours et de storytelling bien appropriés à ce mode d' apprentissage.

Pour aller plus loin

Lapierre L., "L'approche clinique, la fiction et  la recherche en leadership", Imaginaire et Leadership, tome 1: "la méthode subjective et les narrations", Montréal/Québec, HEC Montréal, 1992.
Lapierre L., "L'approche clinique, la fiction et  la recherche en leadership", Imaginaire et Leadership, tome 2: "le contrôle, les affects et le leadership", Montréal/Québec, HEC Montréal, 1993.
Lapierre L., "L'approche clinique, la fiction et  la recherche en leadership", Imaginaire et Leadership, tome 3: "le deuil, la création et le leadership", Montréal/Québec, HEC Montréal, 1994.
Lapierre L., "Gérer, c'est créer", Revue internationale de Gestion, 30(1), 2005, p.10-15.
Lapierre L., "Enseigner le leadership ou former vraiment des leaders ?", Revue internationale de Gestion, 31(1), 2006, p.10-13.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter