RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
29/03/2019

Lancement d’un groupe de travail « Chaleur et froid renouvelables »




Le Secrétariat d’Etat auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé un groupe de travail « chaleur et froid renouvelables. Il aura pour mission de réunir les acteurs de la filière pour « identifier et lever les freins au développement de la filière ».


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Qu’est ce qui empêche le développement de la filière chaud et froid renouvelables ? C’est pour répondre à cette question que le Secrétariat d’Etat auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé un groupe de travail dédié. « La filière française des réseaux de chaleur est une filière dynamique : ils constituent un outil essentiel de planification énergétique territoriale. Ce groupe de travail, axé sur la distribution, doit permettre aux acteurs de trouver des solutions pour en faire une filière d'avenir » explique la Secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon.
 
« Les réseaux de chaleur, mis en place par les collectivités sur leurs territoires principalement pour chauffer des bâtiments publics et privés, permettent de mobiliser d'importants gisements d'énergie renouvelable difficilement distribuables autrement, avec des niveaux d'émission de CO2 très faibles. Ils contribuent également à la lutte contre la précarité énergétique grâce à un service compétitif et une tarification stable sur le long terme. Cette filière est en outre prometteuse pour contribuer à relever les défis du stockage, de l'intelligence des réseaux et de la production renouvelable de froid. Ainsi, le développement des réseaux de chaleur est nécessaire pour atteindre les objectifs de la trajectoire de la stratégie nationale bas carbone » explique le communiqué du ministère.

Quatre axes de travail ont été définis pour aborder ce vaste sujet : « Créer et développer les réseaux de chaleur et de froid et mettre en valeur leur attractivité ; Assurer la compétitivité économique des réseaux de chaleur ; Renforcer le taux d'énergie renouvelable et de récupération des réseaux de chaleur ; Innover en créant des outils d'aide à la conception et au pilotage. » Les premières propositions devront être soumises à Emmanuelle Wagron en mai pour ensuite accoucher sur des mesures juste avant l’été.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter