RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
12/01/2018

Lactalis et Leclerc : « la gestion humaine n’a pas suivi »




Le patron de Leclerc a assumé que des produits Lactalis ont été vendus après que la consigne de les retirer ait été ordonnée. Michel Edouard Leclerc affirme que le processus a été lancé mais qu’en bout de chaine la consigne n’a pas été respectée.


ILD
ILD
Il faut vivre sur une ile déserte pour ne pas en entendre parler. Des produits Lactalis ont été incriminés et rappelés à cause d’une contamination aux salmonelles. Alors que le groupe laitier est dans la tourmente, il entraine Leclerc dans sa chute. Le distributeur a été la cible de toutes les critiques après qu’un article du quotidien régional La Voix du Nord ne montre que des clients ont acheté, bien après l’ordre, des produits issus de lots incriminés.

Leclerc affirme que cet article a enclenché une démarche interne de vérifications sur la base des déclarations de l’article. Les services internes ont ainsi pu établir que le problème était plus important que prévu avec près de 1 000 boites et 200 références étaient encore en vente malgré les multiples injonctions des autorités sanitaires.

« L'information sanitaire nous est bien parvenue. Les données qui nous parviennent sur les lots incriminés sont répertoriées par des codes-barres. Cela requiert un travail méticuleux de repérage en magasin, explique-t-il. Mais la gestion humaine n'a pas suivi » a expliqué Michel-Edouard Leclerc, le patron du groupe, dans une interview donnée au journal Le Parisien-Aujourd’hui en France.
Le PDG de la grande surface a ainsi préféré assumer l’erreur, ajoutant que pour l’heure aucun cas d’enfant malade à cause de cette erreur n’avait été signalé. Dans l’exercice de communication de crise, Leclerc vient de donner une leçon en bonne est due forme à Lactalis en assumant totalement les reproches qui lui sont faits.

Un mea culpa d’autant plus facile à assumer que des erreurs similaires ont été notées chez les concurrents. Les enseignes ont suivi la voie de Leclerc et ont toutes reconnues que malgré les rappels, des lots concernés ont été vendus. « Comment des laits infantiles Lactalis visés par un rappel ont pu être vendus dans les enseignes de la grande distribution alors que l’alerte avait été donnée ? C’est la question à laquelle devra répondre la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) alors que plusieurs grands noms de la distribution sont pris dans la tourmente Lactalis » résumé Ouest France.&





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale