RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
22/11/2019

La biodiversité, une "priorité" sans beaucoup de moyens financiers




Le 20 novembre dernier, l'Assemblée Nationale a voté le projet de loi de finances. Parmi les grandes priorités : "répondre à l'urgence écologique, investir dans une croissance durable, transparence autour de la politique en faveur de la transition écologique". Pour l'association de protection de l'environnement Humanité et Biodiversité, il s'agit là d'annonces "qui cachent encore un manque d'ambition en matière de financements pour la préservation de la biodiversité", même si la mobilisation de l'association a payé.


Creative Commons Pixabay
Creative Commons Pixabay
"Le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, ainsi que ses opérateurs, voient leurs effectifs diminués de plus de 1 000 emplois en 2020, une baisse que nous ne pouvons que regretter au vu des enjeux actuels", explique d'abord Humanité et Biodiversité dans un communiqué.
La biodiversité, "une priorité de l'action gouvernementale », avait souligné le ministère. Pourtant, pour Humanité et Biodiversité le projet de loi de finances se révèle "encore insuffisant pour la biodiversité, en termes de moyens, tant humains que financiers". Car "le financement de la préservation de la biodiversité ne connait pas de réelle augmentation : le budget du programme 113, qui concerne la biodiversité, connaît certes une légère hausse pour l'année 2020, dont la plus grande partie est affectée à la création de l'Office Français pour la Biodiversité, né de la fusion entre l'AFB et l'ONCFS, pour compenser les pertes financières liées notamment à la réduction du prix du permis de chasse."

"Les Agences de l'eau, qui voient leur situation se dégrader depuis le PLF 2018, ne verront pas d'amélioration en 2020", explique également Humanité et Biodiversité, qui précise : "baisse d'emplois, charge supplémentaire créée pour percevoir les redevances cynégétiques initialement recouvrées par l'ONCFS, et un plafond de ressources relevé seulement pour pouvoir percevoir lesdites redevances". Ainsi, "malgré les tentatives de certains députés d'augmenter les ressources des Agences, elles se voient contraintes de remplir des missions toujours plus importantes avec un budget limité".
 





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter