RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
05/06/2019

La FAO exhorte les pays à en faire plus pour protéger les abeilles




L’Organisation de l’ONU pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) appelle à une réaction globale pour en faire plus dans la préservation des abeilles. L’organisation rappelle qu’elles sont des « alliés indispensables dans la lutte contre la faim et la malnutrition ».


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Sans abeille la biodiversité est en danger. Quand la biodiversité est en danger la faim et la malnutrition guettent. Voilà ce qu’il faut retenir de l’appel de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). Lundi 3 juin, cette organisation centrale de l’ONU a lancé un appel mondial à en faire plus pour protéger les abeilles, « ces alliés indispensables dans la lutte contre la faim et la malnutrition ».
Le risque est en effet important car les abeilles sont terriblement touchées par plusieurs maux environnementaux de notre temps. « Les abeilles sont grandement menacées par les effets combinés des changements climatiques, de l’agriculture intensive, de l’usage de pesticides, de la perte en biodiversité et de la pollution », explique par communiqué le directeur de la FAO, José Graziano da Silva.

Le texte qui a été publié pour la journée mondiale des abeilles rappelle l’urgence. La disparition de ces insectes aurait des effets dramatiques sur de nombreuses cultures qui ont besoin de leur mission de pollinisation. « Si la tendance au déclin des insectes pollinisateurs comme les abeilles se poursuivait, « les fruits, les noix et autres légumes » pourraient se voir remplacer « par des cultures vivrières comme le riz, le maïs et les pommes de terre » qui sont moins liées à la pollinisation, « favorisant ainsi les régimes alimentaires déséquilibrés », souligne la FAO. M. Graziano da Silva a appelé les pays membres à « s’orienter vers des politiques alimentaires et des systèmes durables [favorisant les] pollinisateurs ». « Le fait même de faire pousser des fleurs chez soi contribue à cet effort en donnant à manger aux abeilles » » rapporte le site Le Devoir , qui relaie le communiqué de la FAO. Un appel fort qui doit raisonner et provoquer une réaction dès cette deuxième journée mondiale des abeilles, décrétée par l’ONU en 2017.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter