RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
07/05/2018

L’entreprise peut-elle exister sans raison d’être ?

Sébastien Arnaud



La raison sociale et la raison d’être d’une entreprise évoquée par le rapport Notat-Sénard et les débats politiques méritent qu’on s’y arrête. Prendre du recul sur le sens même de l’entreprise et de son activité est une richesse pour les collaborateurs.


ILD
ILD
Exister sans raison d’être, qu’est-ce que ça implique ? Devrait on demander en épreuve de philosophie aux bacheliers de filières économiques. La question dépasse largement le cadre politique ou économique et interroge sur l’analyse que chacun peut avoir du sens de la vie, du mouvement, des rapports au monde et à la société. Plutôt que de se contenter de chroniquer les débats sans fin issus du rapport Notat-Sénard sur la raison sociale de l’entreprise, prenons le parti de réfléchir à la notion de « raison d’être » de l’entreprise que les deux auteurs mettent en avant dans leur travail.

« L’enjeu, pour une entreprise qui définirait sa raison d’être, serait d’intégrer, à ce qui la fonde d’un point de vue commercial et à l’intention initiale des associés qui l’instituent, une cause aux contours dessinés par sa responsabilité sociale, sociétale et environnementale » résume une tribune publiée par Les Echos . Mais ne pourrait-on pas aller plus loin ? Se demander si déjà, par principe si une entreprise existe c’est que quelqu’un à un moment a estimé qu’elle avait une raison d’être ? Mais alors, est-ce que la rentabilité, la création de richesse et la répartition de cette dernière selon des principes préétablis est une raison suffisante ? C’est lorsque l’on se pose la question depuis ces perspectives que l’on réalise que derrière la RSE – et malgré toutes les imperfections et l’effet de mode – se cache bien des principes de sens et de cohérence.

L’urgence écologique et toutes les tensions personnelles ou sociétales sont tellement présentes au quotidien qu’il est de plus en plus difficile de dresser des murs entre chaque domaine. Si le travail ne participe pas, ou pire a un impact négatif, sur ces sujets qui personnellement touchent, l’équilibre est difficile à trouver. Voilà l’enjeu de la raison d’être. Finalement elle explique le pourquoi du mouvement sans lequel tout semble vain.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale