RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
09/01/2020

L’entreprise à mission ne rend pas caduque la RSE

Sébastien Arnaud



Un éditorial publié par La Tribune.fr souligne avec justesse les particularités de l’entreprise à mission favorisée par la loi PACTE. L’auteur explique notamment pourquoi cette nouvelle forme d’entreprise ne remplace par le concept de RSE.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Une entreprise à mission, c’est une entreprise qui s’engage. Mais pour autant, ce nouveau statut juridique prévu par la loi PACTE ne doit pas être considéré comme l’évolution de la RSE. Quentin Mermet, Consultant spécialisé dans l’accompagnement des entreprises, publie à ce titre un texte intéressant sur le site La Tribune.frIl y explique les particularités et enjeux de la société à mission, soulignant notamment les différences fondamentales avec la RSE. 
 
« Or, de manière tout à fait contre-intuitive, les approches issues de la théorie des parties prenantes et de la responsabilité sociale des entreprises constituent de très mauvaises portes d'entrée pour saisir la singularité de cette innovation juridique. Et pour cause, elles n'ont jamais porté le débat sur le terrain du droit et n'ont donc formulé que des intentions sans prise avec le réel. Circonscrivant l'activité des entreprises à la limitation de leurs impacts négatifs, ces approches ont inévitablement conduit à évacuer leur rôle positif dans la co-construction du monde dans lequel nous vivons » plaide-t-il. Un jugement un peu excessif sur la RSE mais qui souligne une déviance réelle. Celle de l’engagement RSE compris comme une obligation par les entreprises qui veulent avoir une bonne image. 

L’article marque aussi un point en relevant que les particularités d’une société à mission : « Contrairement à la RSE, la mission n'a pas vocation à rendre l'entreprise responsable de l'ensemble des défis environnementaux et sociaux imaginables. Par essence, la mission ne s'impose pas au management ni n'encadre l'action au sens où elle empêcherait l'entreprise de réagir à la turbulence de son environnement avec l'agilité nécessaire. Au contraire, la mission est un outil de prospective qui fait de l'avenir un inconnu désirable - en un mot : elle donne un cap. » Ceci dit, une entreprise à mission aurait tout autant intérêt à adopter une stratégie RSE ambitieuse, pour ne pas être prise en flagrant délit d’incohérence.

Lire ici en intégralité l’éditorial sur le site économique La Tribune.fr





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter