RSE Magazine
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/01/2018

L'UE alerte les Etats membres sur la pollution de l'air




Karmenu Vella, le commissaire européen à l'environnement, a fait passer mardi 30 janvier un message urgent aux ministres de neuf Etats membres convoqués à Bruxelles, à cause d'une pollution atmosphérique persistante.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits

L’Union européenne tire le signal d’alarme sur des niveaux alarmants de pollution de l’air. C’est le commissaire à l’environnement chargé des questions environnementales, Karmenu Vella, qui a pris la tête de cette initiative. Mardi 30 janvier, le haut responsable de l’administration de Bruxelles, a tout simplement convoqué les Etats membres.
Face à une pollution insistante et très importante, la commissaire européen à l'environnement a délivré un message urgent aux ministres des Etats membres. Ces derniers sont quasiment convoqués pour aborder le problème. « Les échéances fixées pour respecter les obligations juridiques ont expiré depuis longtemps", ajoutant "avoir le plein soutien du président de la Commission dans son action menée contre la pollution de l'air » a écrit Karmenu Vella, propos rapportés par le site spécialisé Actu-Environnement.

Il faut dire que les chiffres sont alarmants et que la situation sanitaire est préoccupante. Cette pollution occasionnerait 400.000 décès prématurés chaque année sur tout le territoire de l’Union européenne. Si la question est au cœur des débats communautaires depuis des années, vraisemblablement les efforts nécessaires ne sont pas au rendez-vous. C’est du moins ce qu’estime le commissaire lorsqu’il explique qu’il y a eu  « un certain nombre de propositions positives au cours de nos échanges. Mais, à première vue, celles-ci ne sont pas suffisamment substantielles pour modifier la situation d'ensemble » Et d’ajouter que les pays doivent « traiter ce problème avec toute l'urgence qu'il mérite afin de cesser cette mise en danger de la vie d'autrui ». 

Une invitation autoritaire à laquelle la France s’est empressée de répondre, montre Actu Environnement : « Nicolas Hulot égraine donc dans un communiqué l'ensemble des actions engagées dans le cadre du Plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (Prepa) présenté en mai 2017. Un plan qui se révèle pourtant peu ambitieux, mais que le ministre indique avoir complété par certaines dispositions du plan climat présenté en juillet dernier. Il ajoute que les métropoles concernées par la non-conformité devront adopter leurs nouveaux plans de réduction des émissions d'ici au 31 mars. »


Lire l'intégralité de l'article d'Actu Environnement ici.
 
 






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche