RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
30/07/2019

« Jour de dépassement », une tendance d’un demi-siècle

Sébastien Arnaud



Le lundi 29 juillet 2019 est le jour de dépassement planétaire. Chaque année ce jour symbolique où la planète a consommé l’ensemble de ce qu’elle peut régénérer en un an. D’après ces estimations, qui sont sujettes à discussions, le déficit se creuse depuis 1970.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay

D’année en année c’est un peu plus tôt. En 2019, le jour où la Terre a consommé l’ensemble de ce qu’elle peut produire est le 29 juillet. « Nourriture, forêts, absorption du carbone... Les hommes consomment toujours plus sur une planète aux ressources naturelles limitées : c'est ce que marque ce lundi le « jour du dépassement », qui tombe chaque année un peu plus tôt. Fait pour marquer les esprits, le « jour du dépassement » reste symbolique, mais les comportements qu'il met en cause et leurs conséquences sont largement documentés par les scientifiques, du dérèglement climatique à la disparition des espèces et des écosystèmes  » résume Le Point.

L’évaluation est forcément contestable dans la mesure où nos connaissances des ressources planétaires n’est pas exacte. Pour autant ce jour de dépassement repose sur des données précises et rend compte d’une tendance de consommation planétaire. Réalisé par l’association américaine Global Footprint Network a pour vocation de nous faire réaliser que nous consommons trop et sans prendre gare à ce que la terre peut produire sans s’épuiser. Une réalité que nos modes de vies citadins et loin des ressources naturelles qui favorise ce déséquilibre. « Deux chiffres sont utilisés par l'ONG : l'empreinte écologique des activités humaines, c'est-à-dire les surfaces terrestres et maritimes nécessaires pour produire les ressources consommées et pour absorber les déchets de la population, et la capacité des écosystèmes à se régénérer et à absorber les déchets produits par l'homme, notamment la séquestration du CO2, appelée « biocapacité » » précise le magazine.

Cette tendance a commencé en 1970 avec le 29 décembre comme jour de déficit avant de s’accélérer surtout durant les années 1990 et 2000. « Ainsi, en 2019, le dépassement tombe dès le 11 février pour le Qatar et le 16 février pour le Luxembourg, mais seulement le 25 décembre pour la Birmanie et le 26 décembre pour le Kirghizstan. Pour les États-Unis, c'est le 15 mars, le 26 avril en Russie, le 14 mai en France, le 14 juin en Chine, ou le 31 juillet au Brésil. En d'autres termes, si toute la population mondiale vivait comme les Américains, il faudrait 5 planètes pour subvenir aux besoins de l'humanité de façon durable ou 2,2 planètes si tout le monde vivait comme les Chinois » conclue Le Point.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter