RSE Magazine
 
RSE Magazine
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager
02/01/2018

Ivoire : la Chine interdit enfin le commerce sur son territoire




Après des années de révolte internationale contre la Chine, premier importateur mondial d’ivoire, le pays a enfin interdit la commercialisation sur son territoire. Si le trafic ne va pas pour autant disparaître, c’est un premier pas considérable vers la fin de l’impunité totale.


ILD
ILD
L’interdiction du commerce de l’ivoire en Chine change beaucoup de choses. Jusqu’ici les trafiquants étaient relativement tranquilles une fois qu’ils avaient réussi à faire passer la marchandise dans le pays. Premier acheteur et de loin d’ivoire, la Chine est depuis des années dans le viseur des associations et administrations qui luttent contre ce trafic.

L’interdiction est entrée en vigueur le 1er janvier. Si les effets sur les réseaux mondiaux ne devraient pas se ressentir immédiatement, sur le long terme c’est tout de même une grande avancée, fruit d’un long processus politique qui s’est accéléré ces dernières années. « Ce changement de politique remonte à 2015 lorsqu’un accord avait été passé entre le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping pour interdire la vente d’ivoire dans leur pays respectif. Une grande campagne d’information avait été lancée en Chine mettant en avant des grandes stars du sport et du cinéma pour convaincre les Chinois des effets néfastes du commerce d’ivoire sur la survie des éléphants d’Afrique » raconte La Croix .

« De son côté le gouvernement a déjà fermé un premier groupe de 67 magasins officiels en mars 2017, sur un total de 172 qui écoulait des stocks accumulés avant 1989 lorsque le commerce en a été interdit sur le plan mondial, ainsi que d’un lot acheté à plusieurs pays africains en 2008 dans le cadre d’une vente exceptionnelle. Avec cette annonce d’interdiction totale du commerce de l’ivoire en Chine, les 105 derniers magasins restant ont été fermés ce 1er janvier 2018 » lit-on plus loin.

Alors que parfois le kilo était acheté plus de mille euros, il faudra quelques années pour que la matière disparaisse complétement des mentalités dans ce pays où l’ivoire est signe de richesse. Puisqu’il était de notoriété publique que la demande chinoise était motrice des massacres d’éléphants, il y a fort à parier que l’illégalité soit un coup dur pour les braconniers.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



RSS
Twitter
Facebook
Recherche



Les entretiens de la RSE

Entretiens

Agriculture : entretien avec Christiane Lambert, présidente de la FNSEA

Éric Vallée, SET Environnement : « une approche prudentielle du métier est impérative »

Soutenir les énergies renouvelables : entretien avec Christophe Mianné, Société Générale